Aleteia

Les sept conseils du pape François pour préparer une bonne homélie

© Virginia CASTRO I CIRIC
22 mars 2008: Evangéliaire et notes du prêtre, l'égl. de Saint Jean de Montmartre, Paris (75), France.
Partager
Commenter

Le Saint-Père explique les gestes et contenus du dialogue entre un prêtre et ses fidèles, sans exclure "la grande politique".

Sept « commandements » pour réaliser une homélie efficace et compréhensible pour tous. Le pape François l’explique au père Antonio Spadaro, directeur de la revue jésuite italienne La Civiltà Cattolica dans « Maintenant posez-moi vos questions »Tout prédicateur est invité à suivre ces conseils dont voici le détail :

1) L’amour de Dieu d’abord

« Une belle homélie, une vraie homélie, doit commencer avec la première annonce, avec l’annonce du Salut. Il n’y a rien de plus solide, de plus profond et plus sûr que cette annonce. Ensuite il faut faire une catéchèse, en tirer une conséquence morale. Mais l’annonce de l’amour salvifique de Dieu passe avant l’obligation morale et religieuse ».

« Aujourd’hui, il semble parfois que prévaut l’ordre inverse. L’homélie est la pierre de touche pour évaluer la proximité et la capacité de rencontre entre un pasteur et son peuple, parce que celui qui prêche doit connaître le cœur de sa communauté pour chercher où le désir de Dieu est vivant et ardent ».

2) Du concret

« L’homélie pour moi est quelque chose de tellement liée à l’histoire concrète du moment qu’elle peut ensuite être oubliée. Elle n’est pas faite pour être rappelée par le prédicateur qui, au contraire est toujours poussé vers l’avant ».

3) Regarder dans les yeux

L’homélie écrite empêche le prédicateur de regarder les personnes dans les yeux. « Ce que je cherche à faire encore aujourd’hui c’est de regarder les fidèles dans les yeux. Sur la place Saint-Pierre aussi ».

4) Un langage intelligible

« L’homélie n’est pas un texte, mais une situation qui détermine un certain langage. Une étude préalable, une préparation du texte ne peut remplacer ce moment inédit de contact avec les personnes. Une Église « en sortie » c’est une Église qui sort de la rigidité d’un produit de la réflexion ».

5) Ne pas en faire une conférence

« La différence entre une homélie et une conférence ? L’homélie « annonce » la Parole de Dieu, la conférence « explique » la Parole de Dieu. L’homélie est « annonce », c’est faire l’ange. La conférence c’est faire le docteur ».

« L’homélie est liée à la fonction du pasteur, aux personnes qui forment la communauté, laquelle est à l’écoute. Elle est liée aussi à la prière du pasteur et à la Parole de Dieu. Si ces éléments n’y sont pas, ce n’est pas une bonne homélie ».

6) Sa méthode pour les préparer

« Les homélies à Sainte-Marthe ? Je commence à les préparer la veille à midi. Je lis les textes du lendemain et, généralement, je choisis une des deux lectures du jour. Puis je lis à haute voix le passage que j’ai choisi. J’ai besoin d’entendre le son, d’écouter les paroles. Et puis je souligne dans mon petit livret les mots qui me frappent le plus. J’entoure de petits cercles les mots qui me touchent. Et, pendant le reste de la journée, paroles et pensées vont et viennent tandis que je fais ce que j’ai à faire : je médite, je réfléchis, je goûte aux choses ».

7) La politique jamais loin

« L’homélie est toujours politique car elle se fait dans la polis, elle se fait au milieu du peuple. Tout ce que nous faisons a une dimension politique et implique la construction de la civilisation. On peut dire que même dans un confessionnal, quand vous donnez l’absolution, vous construisez le bien commun. C’est de la grande politique. La prédication ne fait jamais abstraction du bien commun. Et c’est en ce sens qu’elle est toujours politique ».

Article traduit de l’italien par Isabelle Cousturié.

Partager
Commenter
Top 10 d’Aleteia
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]