Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les traditions de la Chandeleur

Crêpes de la Chandeleur
© Shutterstock
Partager

40 jours après Noël, Marie et Joseph vont présenter Jésus au temple comme le veut la tradition juive… Retour sur les traditions associées à la Chandeleur, les crêpes notamment, mais pas seulement !

La Chandeleur commémore la présentation au temple de Jésus par ses parents Marie et Joseph et sa reconnaissance par Syméon comme « Lumière d’Israël », évoquée dans l’évangile selon Saint Luc. La Nativité était, en Occident, fêtée le 25 décembre depuis, au moins, sa fixation en l’an 354 par le pape Libère. Quarante jours après, cela tombe automatiquement le 2 février. Dans les Églises d’Orient, elle est aussi célébrée le 2 février du calendrier julien, qui équivaut au 14 février du calendrier grégorien.

En 2018, la Chandeleur sera fêtée le vendredi 2 février.

Célébration de la lumière

La Chandeleur a des origines plus anciennes, car si la présentation au Temple de Jésus correspond au quarantième jour suivant la naissance du Christ, soit à la période durant laquelle les mères étaient considérées comme impures par la loi juive après leur accouchement, elle correspond aussi à un ancien rite romain qui se traduisait par des processions aux flambeaux dans les champs afin de purifier la terre avant les semailles.  Le pape Gélase 1er, en 472 aurait « christianisé » cette fête afin de célébrer le fait que « Jésus est lumière ».

Lire aussi : La Chandeleur, « la fête des lumières »

Crêpes et chandelles

Dans la religion catholique, la Chandeleur donne lieu à une bénédiction des cierges, pour rappeler que Jésus est lumière du monde, puis à une procession aux chandelles jusqu’à l’église où a lieu une messe solennelle. Lors de cette fête, Gélase Ier aurait également offert, des « oublies » – ou galettes – aux pèlerins. Ainsi serait née la tradition des crêpes. On peut aussi y voir la coutume des Vestales qui préparaient ce jour-là des gâteaux avec le blé de l’ancienne récolte pour que la suivante soit bonne. On dit aussi que les crêpes, par leur forme ronde et dorée, rappellent le disque solaire, évoquant le retour du printemps après l’hiver sombre et froid.

Lire aussi : Chandeleur : cinq façons de manger des crêpes autrement

Traditions mexicaines

Au Mexique et dans toutes les communautés mexicaines à travers le monde, la Chandeleur donne lieu à une fête très importante  qui passe par la tradition de l’habillage et de l’adoration de l’enfant Jésus, avant un repas en famille. Cette fête est étroitement liée à celle de l’Épiphanie, puisque celui qui trouve le « muñeco, » une fêve en forme d’enfant Jésus,  lors de la dégustation de la « Rosca de Reyes », le gâteau des rois, devra se charger de l’organisation de la Chandeleur. Pour cela, il habillera le « niño dios », une poupée de taille plus ou moins grande, avec des vêtements richement décorés et l’apportera à l’église pour le faire bénir.

Le jour des marmottes

En Amérique du Nord par contre, la fête de la Chandeleur est éclipsée par le « jour de la marmotte ». Selon la tradition, ce jour-là, on doit observer l’entrée du terrier d’une marmotte. Si elle émerge et ne voit pas son ombre parce que le temps est nuageux, l’hiver finira bientôt, sinon elle retourne au fond de son terrier pour six semaines encore, ce que résume bien le proverbe : « A la Chandeleur, l’hiver se meurt ou prend vigueur ».

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]