Aleteia
Dimanche 25 octobre |
Saints Crépin et Crépinien
Au quotidien

Comment prier au cimetière avec les enfants ?

PETITE FILLE PRIANT AU CIMETIERE

© B. de Saint Germain

Bénédicte de Saint-Germain - Publié le 26/10/17

Le lendemain de la fête de la Toussaint, nous commémorons tous les fidèles défunts. Traditionnellement, nous nous rendons au cimetière pour fleurir les tombes de ceux qui nous ont quittés et prier pour eux. C’est une belle occasion d’y emmener les enfants. Voici quelques suggestions pour vivre cette visite sereinement et dans l’espérance.

Des alignements de pierres froides, des allées caillouteuses rectilignes, des croix grises, des personnes tristes enlevant les mauvaises herbes autour d’une tombe… pour peu que le temps soit gris, les parents pourraient préférer éviter ce spectacle à leurs enfants. Pourtant, pour les chrétiens « le cimetière fait partie de la vie, explique Clarisse grand-mère et catéchiste, c’est un lien avec le Ciel et avec notre famille ». En allant voir les tombes de nos chers disparus, même si leur souvenir s’estompe, nous entretenons les liens avec eux, nous montrons qu’ils sont bien vivants et que nous croyons en la Vie éternelle.

Pourquoi aller au cimetière avec ses enfants ?

« Il faut parler des morts comme étant toujours vivants : ce n’est pas le culte du passé qui est à développer ; il s’agit plutôt d’édifier dans la foi une communion de vie avec les défunts », conseille Monique Berger dans Vivre l’année liturgique avec les enfants (éditions Transmettre).


Les enfants face à la mort : en parler en vérité

Lire aussi :
Parler de la mort avec un enfant : comment bien faire ?

La mort nous fait peur. Aller au cimetière peut impressionner, particulièrement certains enfants très sensibles. Mais si l’on y va rarement, la visite sera plus terrifiante encore. Elle l’est beaucoup moins si elle est régulière. Pour Denis Sureau, directeur du journal Transmettre et père de famille :

« Depuis que les enfants sont tout petits, nous allons chaque année en novembre sur les tombes de mes parents à Paris. Pendant les vacances de février, nous nous rendons sur celles de mes beaux-parents en Provence. Nous allons d’abord à la messe, puis nous déjeunons au restaurant, ensuite nous allons au cimetière. Aujourd’hui, les enfants sont grands mais ils restent très attachés à cette tradition familiale. Le fait que ce soit devenu un rite dégonfle les émotions ».

Voici quelques conseils pour vivre dans la paix notre visite au cimetière

Faire participer les enfants

Par exemple, en apportant des fleurs ou des bougies ou en nettoyant la tombe : « L’un va chercher l’arrosoir, l’autre brosse…, en s’activant, ils perçoivent que ce n’est pas qu’une démarche des parents », constate Denis Sureau. De son côté, Marie a fait peindre des fleurs sur des galets à ses enfants. Ils les ont déposés sur la tombe de leur grand-père. En prenant soin de la tombe, nous manifestons le respect que nous portons au corps créé par Dieu et appelé à ressusciter.

Répondre aux questions avec délicatesse

C’est une occasion d’affirmer notre foi : nous croyons que nos défunts sont vivants au ciel. Peut-être sont-ils déjà auprès de Dieu, peut-être sont-ils encore au Purgatoire, cette « infirmerie du Bon Dieu », où « l’on achève de se laisser réconcilier avec Lui avant d’accéder à sa Gloire », selon les mots du curé d’Ars.

Prier pour nos morts

Avec ses petits-enfants, Clarisse récite un Notre Père et un Je vous salue Marie suivis d’un petit temps de silence et éventuellement d’un chant. « Cela nous permet d’approfondir un peu la Communion des saints. Les enfants se rendent compte qu’après la mort il n’y a pas rien et qu’un lien demeure avec ceux qui nous ont précédés ». Nous pouvons aussi rendre grâce, remercier pour les bons moments et pour ce que la personne défunte nous a apporté, lui demander aussi de prier pour nous.




Lire aussi :
« Saints ou assassins », ils les accompagnent dans leur dernière demeure

Observer les signes inscrits sur la tombe

La croix nous indique que la personne est morte avec le Christ et qu’elle ressuscitera avec Lui. Elle montre aussi combien Jésus a souffert et combien il est proche de nous dans nos souffrances, particulièrement lorsque la personne nous manque. Les noms et les dates permettent aussi de relier les enfants à leur famille d’ici et de l’au-delà. Pour Denis Sureau, « cela manifeste le lien patrimonial ». Nous pouvons expliquer aux enfants que notre famille est un grand bouquet de fleurs dont certaines fleurissent déjà au ciel, un bouquet qui réjouit le cœur de Dieu. Dans l’élan de la grande fête de la Toussaint qui nous montre ce que nous deviendrons un jour, la visite au cimetière n’est pas triste, elle est pleine d’espérance !

Découvrez les plus beaux cimetières du monde :
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
cimetièresdefuntstoussaint
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement