Aleteia

Le miracle du soleil de Fatima s’est-il répété au Nigéria ?

Reproduction/Facebook
Partager
Commenter

Que s’est-il réellement passé à Benin City, le 13 octobre dernier, jour anniversaire de la dernière apparition de la Vierge Marie et du miracle de la « danse du soleil » à Fatima ?

Des milliers de personnes rassemblées lors d’un congrès marial organisé par l’Église catholique le 13 octobre dernier à Benin City, dans le sud du Nigeria, l’assurent. À l’occasion de la reconsécration de leur pays au cœur immaculée de Marie, ils ont vu au dessus de leur tête le soleil se mettre à danser et à flasher en changeant de couleur comme un stroboscope. Des dizaines de vidéos et de témoignages circulent sur Internet depuis plus d’une semaine sans que leur authenticité puisse être sérieusement vérifiée. Sauf que le phénomène a également été relevé par les évêques de la conférence épiscopale du Nigéria et ils en ont fait état sur Facebook.

Mais depuis ce post, aucune confirmation officielle de ce qui s’est passé n’a été publiée. Juste un communiqué du père Christ N. Anyanwu, directeur des communications sociales de l’épiscopat, relayé par Vatican Insider, qui déclare que « ce phénomène inhabituel a réjoui le cœur des pèlerins présents à la célébration et beaucoup d’entre eux ont certifié que ce qu’ils ont vu rappelle l’expérience de Fatima en 1917. Certes, la grande joie des participants à la vue de ces signes a montré, dans l’enthousiasme de leur foi, que le Nigeria ne sera plus le même ».

Un Nigéria que les évêques ont voulu consacrer au cœur immaculée de Marie, à un moment où celui-ci traverse « une période particulièrement marquée de tensions et d’agitations, et d’un sentiment général de désespoir et d’insatisfaction » face à tant de problèmes comme la corruption, l’impunité, la distribution inéquitable des ressources et un état de droit malmené.

Vif souvenir de Kibeho, au Rwanda

Tant de photos et de vidéos circulent sur la Toile. À Fatima, toutes les prophéties de la Vierge confiées aux trois petits bergers se sont pratiquement avérées, y compris celle de la danse du soleil, le 13 octobre 2017. Mais, certains l’ignorent peut-être, en Afrique aussi la Vierge est apparue à trois adolescentes — apparitions reconnues officiellement par l’Église en 2001 — dans la petite localité de Kibeho, au Rwanda, de 1981 à 1985. Comme à Fatima, la Vierge Marie a exprimé sa douleur face à l’endurcissement des cœurs et prédit un drame épouvantable. Si le peuple ne se repentait pas et ne se convertissait pas « il y aurait un fleuve de sang, des gens qui s’entre-tuaient, des cadavres abandonnés sans personne pour les enterrer », avait-elle prédit. Mais elle n’a pas été écoutée et le drame s’est avéré dix ans plus tard. Depuis beaucoup portent cette grave omission comme une faute sur la conscience et l’on peut comprendre que ce phénomène décrit au Nigeria comme une réplique de la danse du soleil de Fatima suscite un certain émoi parmi les croyants. Kibeho est la preuve que la Vierge Marie a agi et agit toujours pour empêcher le pire, et qu’elle pourrait encore agir …

À Kibeho aussi… un signe du ciel ?

Et à Kibeho, le 31 mai 2003, il se serait passé un phénomène plus ou moins analogue à celui qui est rapporté à Benin City au Nigeria : pendant la procession à l’occasion de la consécration du sanctuaire de Notre-Dame-des-sept-douleurs édifié dans la petite localité, beaucoup ont dit avoir vu, près du soleil, un autre astre plus petit, de la taille de la lune, très brillant, qui se serait mis à danser autour du soleil, dans une explosion de couleurs. Le phénomène aurait duré huit minutes et aurait été photographié et filmé. Comme au Nigéria, ce phénomène fut interprété comme un « signe » du ciel comparable à celui de Fatima, le 13 octobre 1917.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]