Aleteia

Que faire de ses objets sacrés usés ou cassés ?

Partager
Commenter

Que faut-il faire de son vieux crucifix ou de son chapelet une fois qu’ils sont cassés ou usagés ?

Les catholiques qui ont l’habitude d’utiliser des objets sacrés comme des médailles ou des chapelets sont souvent bien embêtés quand ceux-ci se retrouvent hors d’usage. Que faire alors de ces saints objets ? Peut-on simplement les jeter à la poubelle ?

Nous pouvons dire d’un objet qu’il est sacré dès lors qu’il a été béni par l’Église dans le but de sanctifier nos vies et de nous guider vers les sacrements. Ce sont des signes sacrés qui nous apportent la grâce, autrement dit un soutien spirituel, par l’intercession de l’Église.

À la maison, tout objet religieux ayant été béni par un prêtre ou un diacre peut être considéré comme sacré, que ce soit un chapelet, une médaille, un crucifix ou même une simple bougie. Quel qu’il soit, un objet qui a été béni par un membre du clergé doit être traité avec respect (cf. Canon 1171).

En tant que catholiques, nous croyons que les bénédictions effectuées par des ministres ordonnés ont un véritable pouvoir spirituel. C’est particulièrement parlant pour ce qui est des sept sacrements, au cours desquels les paroles dites par le prêtre peuvent provoquer une transformation spirituelle. L’Eucharistie, au cours de laquelle le pain et le vin deviennent le corps et le sang de Jésus par l’intermédiaire des paroles du prêtre, en est un parfait exemple. Dieu provoque un miracle par l’intermédiaire des paroles prononcées par les ministres qu’Il a choisis.

Disposer de ses vieux objets sacrés avec respect

De même, bien qu’à un niveau plus prosaïque, nous croyons que quand un prêtre ou un diacre bénit un objet religieux, un changement se produit. Nous ne pouvons pas le voir, mais nous pouvons ressentir le poids spirituel d’un objet qui a été béni.

Par conséquent, les catholiques sont appelés à disposer de leurs vieux objets sacrés avec respect. Ainsi, quand ceux-ci deviennent vétustes, il est demandé de les brûler ou bien de les enterrer. Ces procédés soulignent la finalité sacrée de ces objets et les fait revenir à la terre d’une manière digne. S’il n’est pas possible d’effectuer l’un ou l’autre chez soi, l’objet peut être rapporté à la paroisse pour qu’une personne dédiée s’en charge.

Nous avons tendance à oublier que les choses concrètes que nous voyons ne sont qu’une partie d’un univers bien plus grand. Il y a autour de nous un monde spirituel que nous ne pouvons pas voir, mais qui influence notre vie de tous les jours. En traitant nos objets sacrés avec respect, d’une part nous reconnaissons cette vérité, et d’autre part nous honorons la bénédiction céleste que le prêtre ou le diacre a posée sur ces objets.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]