Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Philippines : l’État islamique délogé de Marawi

MARAWI SOLDIERS
© Ted ALJIBE I AFP
Partager

La libération ce 17 octobre de Marawi, fief de Maute, organisation terroriste se réclamant de Daesh, coïncide avec celle de Raqqa en Syrie.

Mercredi 17 octobre, le président philippin Rodrigo Duterte déclarait Marawi « ville totalement libérée de l’influence terroriste ». La veille, à des milliers de kilomètres de là, à Raqqa, le fief de l’Etat islamique en Syrie, les derniers djihadistes étaient éliminés. Après ces combats, les photos des deux villes sont presque interchangeables : ce sont des champs de ruines, témoignant de la violence des combats urbains. Dans les deux cas les djihadistes se sont battus férocement.. À Marawi, il a fallu 150 jours pour en venir à bout, dans une ville densément peuplée de près de 200 000 habitants, majoritairement musulmans.

Daesh au Philippines

Selon le gouvernement philippin, 800 terroristes auraient été tués en cinq mois. Parmi eux, outre des Philippins, l’armée régulière a eu la surprise des découvrir des combattants  venus du Yémen et de Tchétchénie. Les combats ont débuté le 13 mai par un raid de l’armée philippine qui ne s’attendait pas à trouver une telle résistance. Aussitôt, les djihadistes du groupe Maute sont entrés en insurrection, détruisant les bâtiments publics et une église.

Ils ont rapidement instauré un petit « État islamique philippin », où avaient lieu des exactions comparables à celles commises au Moyen-Orient. Dans les premiers jours, des djihadistes exécutaient les chrétiens qui n’étaient pas capables de réciter des passages du Coran. Le 24 mai, ils prenaient en otage des paroissiens de la cathédrale de Marawi, ainsi que le père Teresito Suganob, qui fut finalement libéré le 16 septembre. L’armée organisa la riposte, capturant les parents des deux frères dirigeant le groupe Maute. Abdullah Maute le cadet, fut probablement tué dans une frappe aérienne au mois d’août. Quant au fils aîné, Omar Maute il a été tué le 16 octobre dans une fusillade avec l’armée régulière. Le groupe Maute, qui avait fait allégeance à Abu Bakr Al Baghdadi, le pseudo-calife de l’État islamique, semble ainsi être décapité.

Étonnantes similitudes

Aux Philippines, les frères Maute appartenaient au Front Moro islamique de libération (FMIL), avant de faire sécession, en raison des négociations en cours entre leurs dirigeants et le gouvernement philippin. De la même façon, Abou Omar Al-Baghdadi, le créateur de Daesh, puis son successeur Abou Bakr Al-Baghdadi ont fait sécession avec l’organisation terroriste Al-Qaeda avant de fonder leur « califat ». Ils répondaient ainsi aux aspirations de musulmans extrémistes qui souhaitaient bâtir un nouveau califat, où le commandeur de tous les croyants règnerait sur la Oumma, la communauté des musulmans, 90 ans après l’abolition du Califat en Turquie. Leur rêve d’un territoire administré par un calife semble s’éteindre dans les ruines de Raqqa et de Marawi, mais averti Julkipli Wadi, ancien doyen de l’Institut des études islamiques des Philippines : « Il est inévitable que les frères Maute soient remplacés ». Il craint un retour à une stratégie terroriste, sans revendication de territoire, qui les place en position d’être frappés par une armée conventionnelle.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]