Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Lot-et-Garonne : l’histoire de la restauration ratée d’un tableau du Christ

SAINT PIERRE DE BUZET
Église Saint-Pierre de Buzet.
Partager

L’affaire en rappelle une autre survenue en 2012, en Espagne. L’église de Saint-Pierre-de-Buzet (Lot-et-Garonne) abrite en son sein un Christ en croix, dont la restauration, opérée au début du XXe siècle, a viré au fiasco artistique.

Pour comprendre cette histoire incroyable, un rappel s’impose. A l’amorce du siècle dernier, l’évêque d’Agen avait choisi cette modeste cure pour y envoyer tour à tour ses prêtres auteurs d’« écarts » non-tolérés de sa part. C’est ainsi qu’un premier prêtre possédant une automobile, puis qu’un deuxième ayant fait succès en mettant au point une notion capillaire soignant le cuir chevelu, furent invités à se retirer à Saint-Pierre-de-Buzet pour méditer sur les péchés qu’on leur attribuait.

Un jour, ce fut au tour d’un nouveau prêtre d’investir les lieux avec sa nièce. Dans ce petit village, la jeune femme peinait à trouver des activités susceptibles d’occuper ses journées. Parmi le mobilier de l’église, un édifice du XIIe siècle de style roman, elle finit par dénicher une toile haute de 2 mètres et large d’1m50. L’œuvre représentait un Christ en croix, la Sainte-Vierge et Marie-Madeleine se tenant à ses pieds.

Recouvert de Rimmel

L’imposant tableau présentait alors une importante dégradation occasionnée par un taux d’humidité excessif. Alors, la jeune femme entreprit une restauration très personnelle. Et c’est ainsi que le visage détérioré de la Vierge Marie se retrouva grossièrement recouvert de… Rimmel, censé amplifier le chagrin qu’elle exprimait dans la version originale de l’œuvre.

Cecilia Gimenez, une octogénaire espagnole, avait été la cible d’une vague de moqueries en août 2012 pour sa restauration totalement ratée du Christ apparaissant sur la toile Ecce Homo de la petite église Santuario de Misericordia, à Borja, peinte par l’artiste local Elias Garcia Martinez. Son portrait raté avait tout de même attiré quelque 57 000 visiteurs en un an, tous curieux de découvrir le tableau.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]