Aleteia

Le pape François pourrait rencontrer Emmanuel Macron avant la fin de l’année

Partager
Commenter

Selon Nathalie Loiseau, ministre des Affaires européennes, le président de la République Emmanuel Macron souhaite rencontrer le pape François.

Présente à la messe de canonisation des 35 nouveaux saints, dont le Français Jean Lostau Navarro, ce dimanche 15 octobre, Nathalie Loiseau, ministre français des Affaires européennes, a fait savoir le « souhait » d’Emmanuel Macron de rencontrer le Pape. Un désir qui serait « partagé des deux côtés », selon elle. La date du 13 décembre, jour de la fête de sainte Lucie, où a lieu la messe à Rome pour la France, en la basilique Saint-Jean du Latran, pourrait être prochainement arrêtée.

Macron, chanoine de Latran

Cette tradition remonte à Louis XI, en 1482. Elle a ensuite été renouvelée en 1604 par Henri IV, né un 13 décembre. Après avoir renoncé au protestantisme, celui-ci décide en effet de faire don au Latran, la cathédrale du pape, de l’abbaye bénédictine de Clairac (Lot-et-Garonne), ainsi que de ses revenus. Depuis, les chefs d’État français sont chanoines honoraires de la basilique et il est de coutume qu’ils viennent à Rome, une fois élus, prendre possession de ce titre. Nicolas Sarkozy, le 20 décembre 2007, est le dernier à avoir fait le déplacement.

Le président de la République et le souverain pontife se sont déjà entretenus au téléphone. C’était le 2 juin dernier. Durant une dizaine de minutes, les deux hommes ont principalement discuté d’environnement, au lendemain de la décision du président américain Donald Trump de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat. Emmanuel Macron expliquait partager certaines vues du pape François. Mais cette fois, l’entretien pourrait tourner autour de la question européenne, où les deux hommes sont proches.

Des convergences sur l’Europe

Afin de souligner leurs convergences, Nathalie Loiseau a notamment mis en rapport le discours sur l’Europe qu’Emmanuel Macron a prononcé à la Sorbonne et les messages répétés du pape François appelant à relancer le projet européen sur une base humaniste. Lors d’un discours prononcé à Bologne le 1er octobre dernier, l’évêque de Rome déclarait ainsi : « Je rêve d’une Europe universitaire et mère qui, se souvenant de sa culture, qui donne espérance à ses fils et soit instrument de paix pour le monde ». Les questions bioéthiques comme la PMA et la fin de vie pourraient également être au menu de leurs échanges.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]