Aleteia

Que peut bien nous apporter une carmélite espagnole du XVIe siècle ?

Partager
Commenter

Ce qu’il y a de formidable avec Thérèse d’Avila que nous fêtons ce 15 octobre, c’est sa capacité à rejoindre tout un chacun. Que l’on soit cadre ou artiste, prêtre ou étudiant, chercheur de Dieu ou "grenouille de bénitier", elle fait mouche à chaque fois.

Chez Thérèse d’Avila, exigence et bienveillance vont de pair, caractère intrépide et grande douceur font bon ménage, mystique et rationalité sont jumelles. Thérèse est une battante. Enfant, elle veut se faire martyre. Religieuse, elle combat le démon. Réformatrice du carmel, elle pourfend la tiédeur, en commençant par la sienne. Et par ses écrits, elle nous interpelle encore aujourd’hui. Voici un florilège de petites phrases et aphorismes de la grande Thérèse, toutes issues de son chemin de la perfection.

En 1566, Thérèse écrit à ses sœurs du couvent de Saint-Joseph à Avila, fondé par ses soins quelques temps auparavant. Durant quelques années, cette règle a été recopieé manuellement par des sœurs. Ce texte n’a été publié qu’à sa mort. Le plus grand nombre eut alors l’occasion de découvrir la richesse de ses conseils. Et cela dure depuis quatre siècles.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir notre sélection de citations de sainte Thérèse d’Avila :

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]