Aleteia

Les 8 temps forts du baptême de votre enfant

© Shutterstock
Partager
Commenter

Quelles sont les grandes étapes de la cérémonie de baptême de votre enfant ? Et que symbolisent-elles ? Décryptage !

Que le baptême de votre enfant se déroule pendant la messe, ou en petit comité en dehors de la messe, les grandes étapes restent les mêmes. Voici ce qu’il vous faudra faire, dire, et comprendre, afin d’accompagner au mieux votre enfant pendant la cérémonie du baptême.

1. L’accueil

Où ? A l’entrée de l’église.
Quand ? Au tout début de la célébration.
Comment ? L’enfant se place à l’entrée de l’église, accompagné de ses parents, parrain et marraine. S’ensuit entre le prêtre et les parents le dialogue suivant : « Quel nom avez-vous choisi pour votre enfant ? » « Que demandez-vous pour votre enfant à l’Église de Dieu ? » A ce moment-là, les parents sont invités à dire ce que représente pour eux le baptême.
Pourquoi ? L’enfant est accueilli dans l’église, et par l’Église : l’église est le bâtiment dans lequel se réunissent et prient les chrétiens, et l’Église est l’assemblée de tous les chrétiens qui accueille avec joie le futur baptisé dans la grande famille des enfants de Dieu. Dès l’accueil, l’enfant entre dans l’Église. Son prénom est cité : il aura désormais sa place dans le Peuple de Dieu. « Réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux », dit Jésus.

2. La signation

Où ? A l’entrée de l’église.
Quand ? Après l’accueil.
Comment ? Le prêtre trace une croix sur le front de l’enfant, puis invite les parents, parrain et marraine à faire de même.
Pourquoi ? La croix est le signe de l’identité chrétienne. Signer l’enfant signifie lui donner une identité nouvelle. La croix est signe de mort, mais également signe d’amour et d’espérance : Jésus est mort sur la croix par amour pour nous, et ressuscité. L’axe vertical de la croix représente le lien entre le ciel et la terre, entre Dieu et les hommes. L’axe horizontal relie tous les peuples de la terre. Au centre de la Croix se trouve Jésus, Celui qui rend possible l’alliance de Dieu et de l’humanité. Être marqué du signe de la croix, c’est donc inaugurer une nouvelle relation avec Dieu, mais aussi avec tous les hommes. Comme le dit Saint Jean : « Si quelqu’un dit J’aime Dieu, alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. » (Première Lettre de St Jean, 4-20).

3. L’imposition des mains

Où ? Au baptistère.
Quand ? Après la liturgie de la Parole, juste après la prière de délivrance.
Comment ? Le prêtre impose la main sur la tête de l’enfant, en disant : « Que la force du Christ te fortifie, lui qui est le Sauveur et qui vit pour les siècles des siècles. »
Pourquoi ? Par l’imposition de la main, l’enfant reçoit la force du Christ, afin de l’aider à vivre chrétiennement tout au long de sa vie.

4. Le baptême

Où ? Au baptistère.
Quand ? Après la profession de foi.
Comment ? Le prêtre verse de l’eau à trois reprises sur la tête de l’enfant, en disant : « Je te baptise au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » C’est le centre de la célébration, le moment du sacrement en tant que tel, le moment où l’enfant devient réellement enfant de Dieu.
Pourquoi ? L’eau est symbole de pureté : par la grâce du baptême, l’enfant est lavé, libéré du péché originel, dont sa nature était entachée depuis sa naissance en tant qu’homme. Le péché est enseveli dans l’eau. L’eau est également symbole de vie, et symbole de mort : le baptême est le passage entre la mort du Christ à laquelle est associé l’enfant par le signe de croix, et la Vie nouvelle, éternelle. Le baptême réalise une seconde naissance, sans laquelle « nul ne peut entrer au Royaume de Dieu » (Jean 3-5).

5. L’onction avec le Saint-Chrême

Où ? Au baptistère.
Quand ? Après l’aspersion avec l’eau.
Comment ? Le prêtre marque la tête de l’enfant avec de l’huile parfumée, consacrée par l’évêque lors de la messe chrismale : le Saint-Chrême.
Pourquoi ? L’onction avec le Saint-Chrême signifie le sceau indélébile de Dieu sur le nouveau baptisé : imprégné de l’Esprit de Dieu, il est uni au Christ pour l’éternité.

6. La remise du vêtement blanc

Où ? Au baptistère.
Quand ? Après l’onction avec le Saint-Chrême.
Comment ? La marraine revêt l’enfant d’un vêtement blanc (robe, châle ou autre vêtement blanc).
Pourquoi ? Il est important de différencier le moment qui précède le baptême de celui qui le suit. Le vêtement blanc symbolise la pureté, mais surtout la vie nouvelle du Christ ressuscité dans laquelle est plongé et revêtu le nouveau baptisé. Le prêtre dit : « Tu es une création nouvelle dans le Christ, tu as revêtu le Christ, ce vêtement blanc en est le signe ».

7. La remise du cierge allumé

Où ? Au baptistère.
Quand ? Après la remise du vêtement blanc.
Comment ? Le prêtre remet au parrain un cierge allumé au cierge pascal.
Pourquoi ? La lumière est associée à la Résurrection et à la présence de Dieu. Par le baptême, Dieu met cette lumière dans le cœur du baptisé. Il devient lumière du Christ auprès des autres. Saint Paul rappelle : « Maintenant, dans le Seigneur, vous êtes devenus Lumière ; vivez comme des fils de la lumière. » (Ep 5,8).

8. La Consécration à la Vierge Marie

Où ? A l’autel, ou si possible, à l’autel de la Vierge ou devant une statue de la Vierge.
Quand ? Après la bénédiction finale.
Comment ? Le prêtre et l’assemblée récitent la prière de consécration à la Vierge, ou un Je vous salue Marie.
Pourquoi ? Pour confier son enfant à Marie. Pour rendre grâce à Dieu, avec Marie, pour son enfant. Pour offrir son enfant à Marie, qui est devenue sa Mère par le baptême.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]