Aleteia

À l’Assemblée, Alexis Corbière reproche au drapeau européen d’être un « symbole religieux »

© LIONEL BONAVENTURE I AFP
Assemblée nationale.
Partager
Commenter

À l’occasion d’un débat sur la réforme du règlement de l’Assemblée nationale mercredi, les députés insoumis ont demandé à ce que le drapeau européen soit retiré de l’hémicycle au prétexte, entre autres, qu’il était un symbole religieux. Leur demande a été rejetée.

C’est Alexis Corbière qui a porté l’amendement des élus du groupe de La France insoumise visant à retirer le drapeau européen pour le remplacer par celui de l’ONU dans l’hémicycle. Devant un hémicycle clairsemé, il a assuré que son objectif n’était pas « d’engager une controverse sur un simple morceau de tissu » mais de considérer qu’à l’heure où le projet européen est « une cause confuse » et qu’« à ce jour, aucun traité européen engageant la France ne reconnaît ce drapeau comme symbole de l’Europe », il n’avait pas sa place au Palais Bourbon.

Alexis Corbière est allé plus loin et a lourdement insisté sur l’origine d’un drapeau « symbole religieux », alors que « plus que jamais nous avons besoin de laïcité ». Une référence au créateur du drapeau européen, Arsène Heitz, qui avait dit en 1985 dans une revue catholique belge avoir puisé son inspiration dans la représentation de la Vierge Marie sur la médaille miraculeuse pour… « faire plaisir » à sa maman. L’amendement a finalement été rejeté, comme il l’avait été en commission.

« Je rappelle que notre opposition a cet emblème ne tient pas au fait qu’il prétend être celui de l’Europe, mais parce qu’il exprime une vision confessionnelle de l’Union, et cela à l’heure où plus que jamais religion et politique doivent être séparées » avait indiqué dans la matinée Jean-Luc Mélenchon sur son blog. Il répondait aux déclarations de la veille d’Emmanuel Macron qui a l’issue d’une rencontre franco-allemande avait déclaré qu’il allait officiellement reconnaître le drapeau européen lors du prochain sommet de l’UE.

Jean-Luc Mélenchon et les députés insoumis n’en sont pas à leur premier coup de boutoir contre la symbolique du drapeau européen. Déjà en juin, lors de son entrée dans l’hémicycle, Jean-Luc Mélenchon s’était ému dans une savante mise en scène de la portée religieuse que certains lui prêtent.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]