Aleteia

Le magazine L’Étudiant explique à ses lecteurs comment devenir… prêtre

Diocèse de Versailles/ Studio Gehin
Partager
Commenter

Une interview du père Amaury du Fayet de La Tour, prêtre diocésain à Versailles, met la vocation sacerdotale à l'honneur dans le magazine L'Étudiant.

« Les 20 ans de » est une série astucieuse imaginée par nos collègues du magazine L’Étudiant, qui consiste à raconter la jeunesse d’un professionnel, le plus souvent une célébrité, et de voir la façon dont il s’est lancé dans sa carrière. Les personnages peuvent être le navigateur Jean Le Cam, l’humoriste, Nicole Ferroni ou le médecin généticien Axel Kahn. Cette semaine, ils ont choisi un jeune prêtre qui a raconté sa vocation.

Comment devient-on prêtre ?

Nathalie Hélal, la journaliste s’est chargée de cette interview. Se qualifiant elle-même de « complètement athée », elle trouvait édifiant qu’un jeune homme puisse, aujourd’hui, choisir l’engagement sacerdotal. Malgré son opinion défavorable « de toutes les religions », sa rencontre avec Amaury lui laisse un excellent souvenir. « C’est un jeune homme reposant, très zen et tout à fait ouvert au dialogue. » Elle apprécie sa façon de parler de lui-même sans se mettre en avant et voit dans sa vocation « une démarche personnelle, qui ne résulte pas d’un conditionnement mais d’une révélation ».

Un « jeune homme normal »

Le futur prêtre ne présentait pas de prédisposition exceptionnelle. Collégien moyen, voire médiocre, il admet ne pas avoir été plus assidu en classe que pour la prière familiale. Il se met au travail au lycée, devient étudiant, puis trouve un emploi comme chargé de mission à la Fondation du patrimoine. C’est alors que se produit son déclic : « Je vais être prêtre ». « C’était un simple amour qui se transformait en amour de ma vie », se souvient-il. Il nous explique que la journaliste l’a beaucoup interrogé sur ce « déclic » essayant de l’expliquer humainement, ou de mettre des mots dessus mais il lui a dit qu’il ne pouvait pas lui répondre. « On n’a pas ce déclic par soi-même, assure-t-il. Il y a du surnaturel dans cette histoire, mais rien d’héroïque ». « On voit, par exemple sur votre site Aleteia, des récits poignants de personnes qui étaient au fond du gouffre et qui ont eu des conversions radicales, j’en suis très loin ! »

Apporter un peu de bienveillance

Lorsqu’on lui demande si son interview pourrait susciter des vocations, il tempère : « Disons qu’elle pourrait participer à une vocation ». Elle a aussi, à ses yeux, le mérite de présenter la vie de prêtre avec bienveillance à un public large. Depuis la parution de l’article, le prêtre a reçu des lettres qui faisaient l’éloge de son parcours classique. Son histoire rappelle que la vocation peut concerner des personnes dont la vie est en apparence anodine, et qu’il ne faut pas attendre d’avoir de révélation fracassante pour se poser la question de l’appel de Dieu.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]