Aleteia

18 ans après avoir été contrainte de l’abandonner, elle retrouve son fils

Partager
Commenter

Ils vont reprendre le fil de leur histoire. Alors qu'elle ne pensait jamais le revoir, une mère de famille de Floride (États-Unis) a retrouvé le fils qu'elle avait abandonné à la naissance, il y a plus de 18 ans.

Tammy Oswald a réalisé son plus beau rêve : retrouver le fils qu’elle avait abandonné à la naissance. Cette blessure intime remonte à il y a près de 19 ans. À la fin des années 1990, elle rompt avec son petit ami, un accroc à la drogue. Mais elle ne sait pas à ce moment là qu’elle est enceinte. Convaincu de ne pas pouvoir l’élever seule décemment, elle se résout à l’abandonner : « Je ne pouvais lui donner que de l’amour et parfois ça ne suffit pas. Je devais prendre la décision de l’abandonner parce que je l’aimais » justifie-t-elle aujourd’hui au site InsideEdition.com qui rapporte son histoire.

Rongée par la culpabilité

Ce choix est plus que douloureux : « J’ai essayé de me suicider » assure Tammy, qui s’est sentie « accablée » par « la culpabilité ». Car, comme elle l’explique, « une mère n’abandonne pas son enfant comme un sac de pommes de terre ». La vie de cette pauvre femme est évidemment marquée par ce drame personnel. Jusqu’à ce que l’une de ses deux filles, Samantha, parvienne à prendre contact avec cet enfant abandonné. Il est vivant et il est majeur désormais. Il s’appelle Dylan Rich.

Les deux jeunes échangent leurs numéros sur internet et communiquent ensemble en secret pendant de longs mois. Mais Dylan ne se sent pas encore prêt à rencontrer sa mère. Samantha finit par avouer à sa mère qu’elle est contact avec lui. Et en août dernier, la mère et son fils se parlent pour la première fois au téléphone. Ils habitent à plus d’une heure trente l’un de l’autre. Aucun rendez-vous n’est pris. Mais en septembre, quatre jours après l’anniversaire de Tammy, Hewett invite sa maman au restaurant. Elle lui offre le plus beau des cadeaux : revoir son fils, en chair et en os. « J’ai attendu près de 19 ans pour ce moment et tout ce que j’ai su dire est :  “Oh mon Dieu, je vous aime. Tu es beau” » explique la mère, comblée. Les deux prévoient désormais de construire une vraie relation. « Je possède maintenant tout ce que j’ai toujours voulu. J’ai ce qui compte, c’est-à-dire la famille ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]