Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le prix Nobel de la paix décerné à la campagne antinucléaire ICAN

PEACE NOBEL PRIZE
Britta Pedersen I dpa I AFP
Partager

ICAN a reçu ce vendredi 6 octobre le prix Nobel de la paix pour sa campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires.

Fondée en 2007, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) est une coalition de plusieurs ONG qui militent pour l’abolition de l’arme nucléaire. Alors que les tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord sont toujours aussi vives, laissant craindre un conflit nucléaire, Berit Reiss-Andersen, présidente du Comité Nobel norvégien, a affirmé que « les puissances nucléaires doivent entamer des “négociations sérieuses” pour éliminer l’arme atomique ». Dans un communiqué le Comité Nobel explique : « Nous vivons dans un monde où le risque de l’usage des armes nucléaires a rarement été aussi élevé. Certains États modernisent leur arsenal nucléaire tandis qu’il existe un danger réel lorsque d’autres pays essaient de se procurer des armes, à l’instar de la Corée du Nord. Les armes nucléaires sont une menace permanente pour l’humanité et la vie sur terre ».

Depuis son arrivée au Vatican, le pape François n’a pas cessé de dénoncer l’arme atomique, dans la droite ligne de la position de son prédécesseur Benoît XVI qui avait renoué avec la tradition anti-nucléaire de l’Église. Dès 1950, Pie XII avait condamné sans ambiguïté les bombardement d’Hiroshima et de Nagasaki, et plus largement la bombe atomique.

François et le nucléaire

Quelques mois après son arrivée au Vatican, le pape François avait affirmé pour la Journée mondiale de la paix 2014 : « Je fais mien l’appel de mes prédécesseurs en faveur de la non-prolifération des armes et du désarmement de tous, en commençant par le désarmement nucléaire et chimique ». Il demande alors aux chefs d’États de renoncer « à la voie des armes ». Le Vatican a ratifié en septembre dernier le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires rédigé par l’ICAN et adopté par l’Assemblée générale des Nations unies en juillet dernier.

Le pape François faisait partie des favoris au prix Nobel de la paix cette année selon les bookmakers. En effet, outre sa condamnation sans nuance de l’arme atomique, le souverain pontife se prononce régulièrement pour l’accueil des réfugiés, défend radicalement la lutte contre le réchauffement climatique et œuvre volontiers en coulisses pour dénouer des crises, notamment en Amérique latine. Mais jamais un pape n’a été prix Nobel de la paix.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]