Aleteia

Booster son couple en trois temps privilégiés

© Shutterstock
Partager
Commenter

Après quelques années de vie commune, le constat revient souvent, amer : "On s’est perdus, on est devenus des colocataires". Comment faire pour pérenniser son couple et garder un lien conjugal fort ? Que vous ayez peu ou beaucoup de temps en tête à tête, jeunes amoureux ou retraités, ne laissez pas votre relation s’affadir ou se détériorer, prenez soin de votre amour avec une « règle de trois » salvatrice.

« Prenez métro, boulot, dodo, rajoutez enfants et réseaux sociaux, vous avez un couple qui ne communique plus », constatent les thérapeutes. Ces couples-là priorisent la volonté d’être bons parents et leur travail pour assurer un équilibre économique. S’y ajoute un milieu professionnel de plus en plus anxiogène, si bien que le couple, bien que valeur refuge, n’est plus investi, faute d’énergie. Avec à la clefs de cruelles déceptions, car personne n’imagine jamais en arriver à ce niveau d’éloignement. Mais alors, existe-t-il des antidotes au désamour ? Bien sûr ! Notamment, les petits ou grands moments à deux, qui se révèlent absolument indispensables pour garder une relation de mari à femme. Ensemble, mettez-vous au pas de deux en trois temps, comme une valse réussie !

2 minutes par soir

Les grandes personnes ont aussi leurs mots magiques. Ceux du couple ? Pardon, merci, s’il te plaît, je t’aime. A chacun de les décliner chaque soir pour en quelques phrases apaiser une blessure, se redire son admiration, oser le changement, éviter de ruminer inutilement. Redites-vous chaque jour un pardon, un merci que vous aurez préparés avant. Il est plus facile de donner un petit pardon rapidement, que d’évacuer une vieille rancœur.

Elodie explique concrètement : « je lui en veux depuis 10 ans de son attitude pendant nos fiançailles, ça me pèse encore ». De son coté Karl réagit, il n’en plus que « ça ressorte chaque semaine ». Il a fallu un vrai échange de pardons, en RDV de conseil conjugal, pour qu’enfin cette blessure devenue purulente puisse se refermer.

« Pourquoi se dire merci ? », s’étonne Jane, qui trouve que « c’est bien normal qu’il m’aide ». Tout simplement parce que les marques de reconnaissance, les paroles valorisantes sont indispensables pour se sentir aimé et considéré de son conjoint. Leur absence produit une mésestime de soi et du découragement qui se transforme souvent en reproches ou bouderies.

2 heures par semaine

Ce temps-ci, c’est le garde-fou indispensable de tout couple qui veut entretenir la flamme. Plébiscité par les thérapeutes, il peut revêtir une multitude de formes. Certains veulent un temps structuré et s’inscrivent dans un parcours de couples, d’autres au contraire privilégient les surprises organisées à tour de rôle.

Est-ce vraiment indispensable dans des semaines déjà trop chargées ? Justement ! Le couple est le premier enfant du couple, aimait à dire Denis Sonet. L’arrivée des enfants est un facteur d’éloignement à prendre au sérieux, pour éviter de devenir juste un couple de parents.

Une astuce ? Créez votre boîte à petits bonheurs. Offrez-vous une jolie boite, choisissez ensemble 20 activités à faire ensemble dans votre budget, et notez-les sur des papiers que vous mettrez dans votre boîte. Piochez une carte chaque dimanche soir. Le challenge ? L’avoir réalisée avant le dimanche soir suivant. Edwige adore le concept : « on a mis des idées très variées, de la douche ensemble à un brunch en passant par un tour chez Emmaüs, un déjeuner près de mon travail en semaine, la création d’un album photos, un cours d’œnologie, un petit déjeuner au lit, un massage, ou encore un DVD tranquilles. »

2 jours par an

Au moins 48 heures sans enfants, c’est plus qu’utile pour se rappeler que vous êtes aussi des amants. Pour vous (re)dire des mots doux, rire comme au début, un souffle de légèreté.. Admirez-vous encore votre conjoint ? Exprimez-vous de la gratitude pour lui, ce que vous avez construit (malgré tout) ensemble ? Quelques jours avant le départ, essayez de vous souvenir, et faites des « provisions de gentillesse » à vous dire. Passé le premier moment de gêne probable, savourez sans modération le bonheur de donner ou de recevoir des paroles valorisantes.

Vous voudriez bien partir à deux mais n’y arrivez pas ? Demandez-vous ce qui vous freine. La garde des enfants ? Un échange avec un autre couple fera le bonheur de deux familles. Pas de budget ? Pas besoin d’être Crésus pour s’évader un WE en camping ou en chambre d’hôtes au milieu des vaches, en éteignant ordinateurs et téléphones. Vous n’y arrivez vraiment pas ? Peut-être avez-vous une résistance interne qui vous empêche d’atteindre votre objectif.

Comme le conseille le psychologue Jean Monbourquette : « Ecoutez cette résistance. Que veut-elle vous dire ? » Y aurait-il un danger à passer une soirée ensemble ? Ronan l’avoue « j’ai fui les vacances à deux car à chaque fois, j’ai plein de reproches de la part de Manon, et je ne suis pas aussi doué qu’elle pour argumenter ». Mettez-vous d’accord avant de partir : un mini voyage de noces juste pour cultiver ou retrouver le bonheur d’être en couple, mais pas de règlement de compte ! Si vous en avez trop gros sur le cœur, agissez : quelques rendez-vous de conseil conjugal vous permettront de repartir du bon pieds.

 

Tags:
couple
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]