Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 16 octobre |
Sainte Hedwige
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Anne Bert a été euthanasiée à sa demande

ANNE BERT

YouTube I France Inter

La rédaction d'Aleteia - Publié le 02/10/17 - Mis à jour le 02/10/17

L’écrivain Anne Bert a été euthanasiée à sa demande dans un hôpital belge, ce lundi 2 octobre dans la matinée. Souffrant de la maladie de Charcot, elle défendait la liberté de « choisir sa fin de vie ». Au-delà de l’indispensable compassion que doivent susciter sa souffrance et sa démarche, le cas d’Anne Bert ne saurait être instrumentalisé. Avant même son décès, de nombreux patients et associations s’étaient dissociés de cette décision individuelle.

Dans un ouvrage posthume à paraître cette semaine, Le tout dernier été (Fayard), l’auteur de 59 ans souhaitait interpeller l’opinion et le législateur sur son « combat » pour un départ choisi. Courant septembre la médiatisation de sa démarche avait soulevé en France une vague de témoignages de personnes touchées par une sclérose latérale amyotrophique (SLA), l’autre nom de la maladie de Charcot.




Lire aussi :
Axelle Huber : « Le bonheur reste possible au coeur de la souffrance »

La plupart déplorait un « raccourci Charcot-euthanasie ». Dont l’Association pour la recherche sur la SLA (Arsla), association fondée en 1984 qui revendique accompagner près de la moitié des malades recensés en France [3 000 sur 7 000 à 8 000 recensés, ndlr]. « Cela leur renvoie une image négative et ultime de la maladie alors que la grande majorité d’entre eux ne pense ni à l’euthanasie ni au suicide, qu’ils sont au contraire dans l’espoir et la vie, dans le combat, qu’ils profitent du présent et font tout pour compenser la perte d’autonomie », expliquait sa directrice générale. D’autres, à l’instar d’Axelle Huber, plaidaient pour la mise en place d’une vraie politique de soins palliatifs.

La maladie de Charcot conduit à une paralysie progressive des muscles. Aucun traitement curatif n’existe à cette heure pour guérir ce mal. La loi française autorise depuis 2016 la « sédation profonde et continue » jusqu’au décès pour les malades en phase terminale, mais elle interdit l’euthanasie active. Au contraire de la Belgique qui autorise cette pratique depuis 2002.




Lire aussi :
Léonard, atteint de la maladie de Charcot, raconté par sa femme

Tags:
euthanasiefin de vie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Wedding dresses collection Laure de Sagazan 2022
Marzena Devoud
Robes de mariée : les tendances de l’année 2022
2
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
3
Agnès Pinard Legry
Mgr de Moulins-Beaufort et Gérald Darmanin, deux lectures du secr...
4
Agnès Pinard Legry
La « démission collective des évêques » est-elle envisageable ?
5
WEB2-SKY-shutterstock_719708074.jpg
Agnès Pinard Legry
De nouvelles preuves de l’existence de Dieu, un livre événement
6
Pope-Francis-Mgr-Giovanni-Ravelli-Antoine-Mekary-Aleteia
Agnès Pinard Legry
La silhouette qui va maintenant accompagner le Pape tous les jour...
7
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement