Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

L’église Saint-Jean-Népomucène et le martyre de la confession

ZELENA HORA
Partager

Alors que nous célébrons aujourd’hui saint Venceslas, le saint patron de la République tchèque, partons à la découverte de l’étonnante église Saint-Jean-Népomucène sur le mont Zelena Hora, haut lieu du catholicisme et de pèlerinage de ce pays à la minorité catholique de près d’un million de croyants, soit près de un dixième de la population.

Vue du ciel, l’église Saint-Jean-Népomucène ne ressemble à aucune autre construction connue. Sa structure en forme d’étoile en fait son originalité et n’a pas d’équivalent dans le patrimoine religieux européen. Classé en 1994 au patrimoine mondiale de l’Unesco, cet étonnant sanctuaire, situé à la frontière entre la Bohème et la Moravie, s’élève sur le mont Zelena Hora, la montagne verte en français. Il est le magnifique aboutissement d’une construction, longue et difficile de près d’un demi-siècle. Celle-ci commence en 1719 pour célébrer le processus de béatification du martyre de Jean de Népomucène, fils d’un berger de la région devenu prêtre avant de devenir vicaire général et proche du pouvoir royal. La colline où est érigée l’église est déjà occupée depuis le XIIIe siècle par un couvent cistercien dans lequel le saint avait suivi une partie de son enseignement. C’est là que, depuis sa mort en 1393, un culte fervent lui est rendu. Saint Jean Népomucène fut en effet lâchement assassiné pour avoir refusé de révéler les propos, tenus en confession, de la reine Sophie de Bavière-Munich que le roi de Bohème Venceslas IV soupçonnait d’adultère. Il devient ainsi le martyre du secret de la confession. Lors de sa mort, et après que son corps, a été jeté du pont Charles à Prague, cinq étoiles seraient apparues miraculeusement dans le ciel. C’est donc à partir de ce chiffre cinq que l’architecte Jan Blažej Santini-Aichel construisit cette église en forme d’étoile à cinq branches, composée de cinq autels, de cinq couloirs, de cinq ailes, et de cinq étoiles et cinq anges sur le maître-autel.

[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m14!1m8!1m3!1d2628084.414987055!2d18.19235019367629!3d49.96469336369267!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x0%3A0x897e03817c058f4b!2sPoutn%C3%AD+kostel+sv.+Jana+Nepomuck%C3%A9ho+na+Zelen%C3%A9+ho%C5%99e!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1506588756683&w=600&h=450%5D

Situé entre le gothique et le baroque, cette construction est le chef d’œuvre de son architecte qui aima jouer avec l’espace et les proportions géométriques. L’église est ainsi censée former un temple céleste descendu du ciel sur la terre. Les éléments gothiques s’inspirent quant à eux de la cathédrale Saint-Guy de Prague où Jean de Népomucène est inhumé. Dès sa fondation, l’église devint un lieu de pèlerinage majeur du pays, même si en 1784 le couvent cistercien fut aboli par l’empereur Joseph II et qu’un incendie ravagea en partie le bâtiment avant qu’il ne soit rapidement reconstruit. Toutefois son culte a été parfois source de controverse. Ainsi, au sortir de la Grande Guerre, la jeune république tchécoslovaque, longtemps dominée par la monarchie catholique austro-hongroise, associe volontiers ce saint à la religion de l’ancien oppresseur. On lui reproche également ses ascendances allemandes dans une région marquée par les agressions germaniques. Malgré cela, la piété populaire n’a jamais cessé. Saint Jean de Népomucène est vénéré depuis près de cinq siècles, particulièrement dans les campagnes où on lui donne un rôle majeur pour la protection, l’agriculture et le danger des eaux.

L’église Saint-Jean-Népomucène reste encore aujourd’hui un centre de pèlerinage important où les pèlerins, mais aussi de nombreux touristes, affluent de tout le pays pour admirer la beauté presque céleste du lieu et rendre hommage à l’un des plus grands saints du pays. En 2008, de nombreux travaux y ont été effectués afin de déboiser la colline et lui rendre son aspect originel ainsi que  la visibilité qu’elle avait lors de sa fondation. Force est de constater que le résultat est saisissant.