Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 15 juin |
Sainte Germaine Cousin
home iconActualités
line break icon

Une découverte scientifique permet à un patient dans un « état végétatif » de récupérer une conscience minimale

PATIENT HOSPITAL

HearttoHeart I Shutterstock

Kévin Boucaud-Victoire - Publié le 27/09/17 - Mis à jour le 27/09/17

Des Français ont mis en place une technique permettant à un patient en « état végétatif » depuis des années de récupérer un peu de conscience.

Les scientifiques ont peut-être fait une avancée fondamentale dans la compréhension de la conscience. Grâce à la stimulation électrique du nerf vague d’un patient, qui connecte le cerveau aux organes cruciaux, l’équipe d’Angela Sirigu, directrice de recherche à l’Institut des sciences cognitives Marc Jeannerod de Lyon (CNRS), a réussi à augmenter d’état de conscience d’un homme de 35 ans et à le sortir d’un état végétatif dans lequel il se trouvait depuis quinze ans. Il a alors retrouvé une conscience minimale.

Une avancée scientifique, des questions éthiques

De quoi battre en brèche « un vieux dogme (qui) voudrait qu’il n’existe aucune chance d’amélioration chez les patients sévèrement cérébrolésés depuis plus d’un an » assure le professeur Steven Laureys, un des pontes de cette spécialité médicale. Après un mois de stimulation à raison de 30 secondes toutes les cinq minutes pendant un mois, le patient, victime d’un accident de la route au début des années 2000, a pu suivre des yeux un objet et se conformer à des ordres simples, comme celui de tourner la tête, ce qu’il ne faisait pas auparavant. Il aurait même versé une larme en écoutant de la musique.

En France, il y aurait aujourd’hui 1 500 personnes victimes du syndrome d’éveil non-répondant — nom scientifique de l’état végétatif —, à la suite d’un traumatisme crânien, d’un infarctus, d’un AVC. Ces patients conservent des fonctions réflexes et peuvent ouvrir les yeux, mais sans que leurs fonctions cérébrales supérieures ne soient à aucun moment mobilisées.

Le résultat obtenu par les chercheurs français ne pourra cependant pas être obtenu pour tous les patients, chaque cas clinique étant particulier. Mais cet exemple ne manquera pas de relancer le débat médical et éthique sur la fin de vie. Les scientifiques s’interrogent sur la notion de conscience, ne sachant pas, pour l’heure, si cette technique pourrait aussi redonner à certains patients un pouvoir décisionnel. Par ailleurs la découverte pourrait permettre à un patient de prendre conscience de la gravité de son état. Angela Sirigu admet au Monde : « C’est une vraie question. Pour moi, le principal enjeu est de poursuivre l’amélioration, au-delà d’un état de conscience minimale, chez certains patients. »

Tags:
fin de viesantésciences
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-MAYLINE-MIRACLE-EMMANUEL TRAN
Agnès Pinard Legry
La guérison de Mayline, le miracle attribué à Pauline Jaricot
2
Mathilde de Robien
La plus belle question à poser à votre conjoint le soir en rentra...
3
Brother, Sister, Family
Edifa
Parents, évitez ces erreurs avec votre aîné
4
Mathilde de Robien
Mode d’emploi pour prier le chapelet
5
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir pour comprendre la démission (refusée par le...
6
Mathilde de Robien
Après des infidélités et une séparation, comment Jésus a finaleme...
7
Anna Gebalska-Berekets
Sœur Julie, l’ange de la bonté des camps nazis
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement