Aleteia
Dimanche 25 octobre |
Saints Crépin et Crépinien
Actualités

Asia Bibi : le prix Sakharov pourrait sauver sa vie

ASIA BIBI

P.RAZZO I CIRIC

Manifestation pour la libération d'Asia Bibi, chrétienne pakistanaise emprisonnée depuis le 14 juin 2009 et condamnée à mort pour blasphème, le 29 octobre 2014 au Trocadéro, à Paris.

Sabine de Rozières - Publié le 27/09/17

Condamnée à mort pour blasphème depuis 2010, Asia Bibi pourrait retrouver sa liberté après plus de huit ans passés dans les prisons pakistanaises grâce à sa sélection pour le prix Sakharov 2017. Entretien avec son soutien le plus ardent en Occident, Anne-Isabelle Tollet, ancienne chef du bureau France 24 à Islamabad et actuelle rédactrice en chef sur la chaîne CNews, auteur de « La mort n’est pas une solution » (Éditions du Rocher, 2015).

Aleteia : Que représente cette nomination d’Asia Bibi pour le prix Sakharov [prix remis par l’Union européenne pour récompenser des individus ou des organisations qui ont œuvré pour les droits de l’homme et la liberté d’opinion, ndlr] ?
Anne-Isabelle Tollet : C’est très encourageant et ce serait même le déclic qui pourrait enfin la faire juger et libérer ! Ce serait un vrai ticket pour sa liberté mais on ne crie pas victoire car le résultat définitif sera le 26 octobre prochain. Ce prix pourrait lui sauver la vie puisqu’il exercerait une pression considérable sur le gouvernement pakistanais qui a des relations économiques et diplomatiques avec l’Europe. C’est la seule des nominés de ce prix Sakharov 2017 dont la vie est en jeu, cela ne serait donc pas simplement un combat qu’on salue en lui remettant un prix, c’est bien plus grand que cela.

Quel est l’enjeu de sa libération ?

Asia Bibi est l’icône d’une population terrorisée par la loi pakistanaise sur le blasphème qui permet à tout un chacun de régler ses comptes avec son voisin, sur simple dénonciation. La réalité est que nous sommes bien loin d’un combat islamo-chrétien. Les musulmans eux-mêmes sont très souvent victimes de cette loi, dès qu’ils ont un contentieux avec leur voisin ou n’importe qui. Elle est utilisée comme une arme. On ne peut pas demander au Pakistan de la retirer, il ne s’agit pas de faire de l’ingérence, mais on peut leur demander que les personnes accusées bénéficient a minima d’une enquête et d’un procès juste et équitable, pas simplement paroles contre paroles.


ASIA BIBI

Lire aussi :
Asia Bibi a dépassé les 3000 journées de prison

Le gouvernement pakistanais est donc pieds et poings liés par les talibans ?

Le gouvernement déplore cette situation puisqu’il lutte contre le fondamentalisme religieux. Mais ils sont tiraillés entre la pression fondamentaliste et ce besoin d’ouvrir leur pays à la démocratie. Les talibans, tout comme les partis religieux, ont menacé le gouvernement de commettre des attentats s’ils libéraient Asia Bibi. Les juges de leur Cour suprême aussi ont peur des représailles des islamistes, c’est pour cette raison qu’ils repoussent son procès depuis tant d’années. Ils savent que le jour où ils la feront libérer, ils devront quitter le Pakistan car ils auront une fatwa sur la tête. Vous êtes marqué à vie par le sceau du blasphème, c’est le crime absolu au Pakistan.

Avez-vous des nouvelles récentes d’Asia Bibi ?

J’ai des nouvelles d’elle toutes les semaines par sa famille. Ils essayent d’aller la voir le plus souvent possible mais quand on sait qu’ils habitent à plus de huit heures de route de la prison de Lahore et qu’ils doivent louer un véhicule à chaque déplacement… tout est une bataille ! Elle est en bonne santé et nous avons réussi à obtenir qu’elle soit vue par un ophtalmologue. Elle peut désormais porter des lunettes de vue. Ça ne paraît rien comme ça, mais quand on vit dans la pénombre d’une cellule où il fait chaud et humide, elle finissait par souffrir beaucoup des yeux. Moralement elle s’accroche toujours à l’espoir qu’elle sera libérée et elle convaincue, en femme pieuse et croyante, que Dieu l’y aidera.

Propos recueillis par Sabine de Rozières.

Site web du comité internationale de soutien à Asia Bibi.




Lire aussi :
« Aie pitié de moi, Seigneur », répète Asia Bibi du fond de sa cellule

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Asia Bibi
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement