Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Sainte Thérèse au cœur d’un spectacle son et lumière

SEMAINE THÉRÉSIENNE
Artea Communication
Semaine thérésienne - Soirée Pétales de roses - "Jacques gauthier dialogue avec Sainte Thérèse" (Albane Delcampe).
Partager

Ce mardi 26 septembre s’ouvre la semaine thérésienne à Paris. Cette année, pour les 20 ans de la proclamation de sainte Thérèse comme docteur de l’Église, un son et lumière en vidéopmapping est proposé dans la chapelle du sanctuaire Sainte-Thérèse, à Paris. Rencontre avec Vincent Leboeuf, son réalisateur.

Aleteia : Comment l’idée de ce spectacle a-t-elle germé ?
Vincent Leboeuf : L’année 2017 est une année thérésienne à double titre, c’est un double anniversaire. Il s’agit des 120 ans de la mort de la sainte, et des 20 ans de sa proclamation comme docteur de l’Église. C’était l’occasion rêvée pour diffuser à nouveau le message de sa « petite voie » et la faire connaître au plus grand nombre.

L’idée n’est pas de raconter la biographie de Thérèse et de faire le récit de sa vie au carmel, mais bien d’entrer dans le cœur de sa spiritualité d’abandon et de simplicité. La sainteté est accessible ! J’ai donc choisi de ne rien écrire de moi-même pour le scénario, les textes sont du 100% Thérèse, c’est elle qui parlera au public.

Pourquoi avoir choisi de mettre en scène ce spectacle par le vidéomapping ?
Cela fait deux ans qu’EdeL-Spectacles se spécialise dans le vidéomapping pour l’évangélisation. C’est une technique de son et lumière plébiscitée par le public et qui se trouve en parfaite adéquation avec ce que sont nos églises. La vidéoprojection monumentale vient souligner les lignes architecturales des édifices, repeindre les voûtes et colonnes qui ont perdues leurs couleurs d’antan. Et tels les vitraux, le vidéomapping utilise la lumière pour transmettre un message. C’est d’ailleurs le sens du nom EdeL : Église de Lumière. C’est efficace pour toucher les personnes qui restent aux seuils de nos églises. Invitons-les à entrer pour voir du beau, de l’exceptionnel, et — n’ayons pas peur du mot – un truc en vogue !

Lire aussi : Déjà 20 ans que sainte Thérèse a été proclamée docteur de l’Église

Quelles ont été les étapes dans la réalisation ?
Je savais que les Apprentis d’Auteuil organisaient tous les ans une semaine thérésienne à leur maison mère dans le XVIe arrondissement de Paris. C’est donc tout naturellement que j’ai pensé à eux pour ce spectacle. La proposition a séduit et nous voilà ! Un dialogue s’est instauré pour choisir les thèmes abordés. Trente minutes de spectacle ? Pour Thérèse ? C’est trop court ! Et vous savez ce qu’on dit : choisir, c’est renoncer.

Un repérage sur site est aussi obligatoire pour définir la surface de projection, l’emplacement des vidéoprojecteurs, les prises de mesures… Puis vient le temps de la réalisation de la bande-son et de la vidéo proprement dite. Le choix des images et des effets visuels ont une importance particulière pour le mapping, car il faut coller au plus près à l’architecture qui se présente à nous et s’en inspirer.

Qu’en est-il de l’accompagnement musical ?
J’aime énormément utiliser des musiques de films pour mes bandes-son. J’en écoute en boucle dans ma voiture. Elles sont chargées d’émotion et sont écrites pour des images, c’est ce qu’il me faut. Pour le spectateur, c’est l’assurance de vibrer à leur écoute, et pour ceux qui arrivent à les reconnaître, cela peut présenter des situations cocasses : saurez-vous reconnaître les Minimoys d’Eric Serra dans le spectacle « Thérèse, entre terre et ciel » ? Mais rassurez-vous, je ne suis pas exclusif. J’utilise aussi beaucoup de musique sacrée bien sûr. Pour le spectacle sur Thérèse en particulier, je souhaitais inclure dans le texte certains de ses poèmes. J’ai pu puiser dans le répertoire existant (Pierre Eliane, Chœur des carmélites de France…) que j’ai ré-enregistré afin d’avoir la même voix pour Thérèse qui parle et Thérèse qui chante. Anne-Cécile Guézel s’est merveilleusement bien prêtée à l’exercice. Mais il y a aussi de l’inédit, de l’inouï à proprement parler, puisque j’ai demandé à Olivier Michel de composer un nouveau chant à partir du « Cantique d’une âme ayant trouvé le lieu de son repos » de Thérèse.

Propos recueillis par Angélique Provost. 

Informations pratiques : « Thérèse, entre terre et ciel » du mardi 26 septembre au dimanche 1er octobre.
De 20h15 à 20h45 dans la chapelle Sainte-Thérèse, 40, rue Jean de La Fontaine 75016 Paris.

https://www.youtube.com/embed/BLgVRXYIzaM

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]