Aleteia

Les 10 clefs du pape François pour « éduquer » à l’espérance chrétienne

Partager
Commenter

Le Saint-Père a transformé mercredi sa catéchèse hebdomadaire en mémorandum pour les éducateurs et les jeunes appelés à enseigner ou apprendre l’espérance, cette grande vertu qui « fait avancer le monde ».

Vivre, aimer, rêver et croire… C’est tout ce dont un enfant, un jeune, a besoin dans la vie pour se « former à l’espérance » a déclaré le pape François en offrant aux fidèles et pèlerins, mercredi 20 septembre à l’audience générale, une nouvelle catéchèse sur l’espérance chrétienne. Une catéchèse un peu particulière qu’il a prononcée sous forme de mémorandum pour encourager tout un chacun — éducateurs, parents, jeunes – à apprendre ou enseigner cette vertu qui permet aux hommes, a-t-il rappelé, « d’ouvrir des brèches » et de « construire des ponts », autrement dit de « faire avancer le monde ». Il leur a offert un modèle : le jeune saint polonais Stanislas Kostka (1550-1568), « patron des enfants et des jeunes », qui excellait depuis tout petit en « prière continue, confession fréquente, messes quotidienne et introspection intérieure », a souligné le Saint-Père.

Voici, au fil de sa catéchèse, les dix conseils et recommandations qu’il leur a donnés, en utilisant le tutoiement pour s’adresser plus intimement à chacun d’eux, et à travers eux, à tous les chrétiens.

1. Ne pas capituler devant les ténèbres

« Souviens-toi que le premier ennemi à soumettre n’est pas en dehors de toi : il est à l’intérieur. C’est pourquoi, ne laisse pas de place aux pensées amères, obscures (…) Crois à l’existence des vérités les plus élevées et les plus belles. Aie confiance en Dieu Créateur, dans l’Esprit saint qui conduit toute chose vers le bien ».

2. Ne pas penser que la lutte qui conduit au ciel est une lutte inutile

« À la fin de l’existence, ce n’est pas le naufrage qui nous attend (…) Dieu ne déçoit pas : s’il a mis une espérance dans nos cœurs, il ne veut pas l’étouffer par des frustrations continuelles ».

3. Ne pas rester à terre quand on tombe

« Partout où tu es, construis ! Si tu es par terre, lève-toi ! (…) Laisse-toi aider pour te mettre debout. Si tu es assis, mets-toi en chemin ! Si l’ennuie te paralyse, chasse-le par des œuvres bonnes ! Si tu te sens vide ou démoralisé, demande que l’Esprit saint puisse à nouveau remplir ton néant ».

4. Ne pas écouter les voix qui sèment la haine

« N’écoute pas ces voix ! Les êtres humains, tout en étant différents les uns des autres, ont été créés pour vivre ensemble. Dans les conflits, aie patience : un jour tu découvriras que chacun est dépositaire d’un fragment de vérité ».

5. Ne pas avoir peur de rêver

« N’aie pas peur de rêver. Rêve ! Rêve un monde qui ne se voit pas encore mais qui arrivera certainement. (…) Les hommes capables d’imagination ont offert à l’homme des découvertes scientifiques et technologiques. Ils ont sillonné les océans, ils ont foulé des terres sur lesquelles personne n’avait jamais marché. Les hommes qui ont cultivé des espérances sont aussi ceux qui ont vaincu l’esclavage et apporté de meilleures conditions de vie sur cette terre. Pense à ces hommes ».

6. Ne pas croire que le monde s’arrête avec sa propre existence

« Sois responsable de ce monde et de la vie de tous les hommes. Pense que chaque injustice contre un pauvre est une blessure ouverte et diminue ta propre dignité (…). Dans ce monde, viendront d’autres générations qui succèderont à la nôtre et beaucoup d’autres encore (…). Et chaque jour, demande à Dieu le don du courage (…). Si un jour les difficultés de la vie devaient te faire peur, n’oublie pas que tu ne vis pas pour toi-même (…). Et si, un jour, tu étais pris par la peur, ou s’il te venait à penser que le mal est trop grand pour être défié, pense simplement que Jésus vit en toi. Et c’est lui qui, à travers toi, veut par sa douceur soumettre tous les ennemis de l’homme : le péché, la haine, le crime, la violence : tous nos ennemis ».

7. Ne pas se sentir supérieur à quiconque

« Souviens-toi de cela : tu n’es supérieur à personne ! Même si tu étais le dernier à croire en la vérité, ne te réfugie pas pour autant loin de la compagnie des hommes. Même si tu vivais dans le silence d’un ermitage, porte dans ton cœur les souffrances de toutes les créatures. Tu es chrétien ; et dans la prière, remets tout à Dieu ».

8. Ne pas renoncer aux idéaux

« Cultive des idéaux. Vis pour quelque chose qui dépasse l’homme. Et si un jour tu devais payer une note salée pour ces idéaux, porte-les toujours dans ton cœur. La fidélité obtient tout ».

 9. Ne pas se replier sur ses erreurs

« Si tu te trompes, relève-toi : rien n’est plus humain que de commettre des erreurs. Et ces mêmes erreurs ne doivent pas devenir pour toi une prison (…). Le Fils de Dieu est venu non pas pour les bien-portants mais pour les malades (…). Dieu est ton ami ».

10. Ne pas se laisser prendre par l’amertume

« Crois fermement en toutes ces personnes qui agissent encore pour le bien : dans leur humilité, il y a la semence d’un monde nouveau. Fréquente les personnes qui ont gardé leur cœur d’enfant. Apprends de l’émerveillement, cultive l’étonnement ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]