Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Le footballeur Pape Souaré explique comment la religion l’a aidé après son accident

PAPE SOUARE
BEN QUEENBOROUGH I BACKPAGE IMAGES Ltd I DPPI
Partager

Le défenseur sénégalais Pape Souaré a confié dans un entretien télévisé que c'est grâce à la foi qu'il a pu surmonter les terribles épreuves qui l'ont frappé depuis un an.

L’ancien joueur de Lille, aujourd’hui en Angleterre, à Crystal Palace, a connu de dures épreuves ces derniers mois. Mi-septembre 2016, Pape Souaré a eu un terrible accident de voiture à Londres. Gravement blessé, une rupture du fémur et une blessure à la mâchoire l’ont éloigné des terrains presque un an.

Il a fallu attendre le 30 août dernier pour revoir le défenseur enfiler à nouveau le maillot du club anglais pour un match des moins de 23 ans face à Nottingham Forest. Mais cette épreuve n’est pas la seule. Quelques semaines après son accident le Sénégalais a perdu son père malade et sa mère s’est cassée la jambe dans un accident.

Une foi qui vient de loin

Le défenseur confie plein d’émotion à un journaliste de SFR Sport que la foi « a eu beaucoup beaucoup d’importance » durant ces moment-là. « Ce qui m’a beaucoup aidé, c’est la religion. […] Je remercie le bon Dieu d’être en vie, c’est le plus important », explique Souaré, qui admet avoir « été éduqué par la religion », en Afrique, continent où celle-ci est très importante. Pour finir, il affirme avoir « toujours gardé la foi » durant toute sa rééducation.

Ce n’est pas la première fois que le sportif fait étalage de sa foi et de l’importance de la religion dans sa vie. Quelques mois après son accident, Souaré déclarait ainsi : « Tout peut arriver à tout le monde, nous sommes tous humains et ce genre de choses peut arriver à n’importe qui. Je place mon sort entre les mains de Dieu et nous verrons bien. » Un peu plus tard, durant sa rééducation, Souaré en mars 2017 expliquait sur le site de son ancien club, le Losc : « Je suis très croyant, je prends ce que Dieu me donne et je fais en sorte de rendre le meilleur. »

Tags:
football
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]