Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Philippines : le père Suganob, enlevé par Daesh, a été libéré

TERESITO SUGANOB
TED ALJIBE I AFP
Partager

Enlevé en mai dernier par des membres de l'État islamique, le père Teresito Suganob a été libéré par l'armée philippine.

Capturé le 23 mai dernier aux Philippines par des jihadistes se réclamant de l’État islamique (EI), le père Teresito Suganob, dit « Chito », a été libéré ce samedi 16 septembre. Le prêtre catholique âgé de 56 ans est apparu lors d’une conférence de presse organisée au quartier général de l’armée à Manille. « Merci, je prie pour vous, que Dieu vous bénisse tous. Priez pour moi, pour que je m’en remette », a-t-il alors déclaré.

Barbu, mais visiblement en bonne santé, il a affirmé avec une pointe d’humour : « Je suis fort physiquement et je suis beau. C’est tout pour l’instant ». Le père Chito avait été fait prisonnier lors de la prise de contrôle d’une partie de Marawi, au sud de l’archipel, par des membres de Daesh. Selon le prêtre, les islamistes détenaient 240 « prisonniers de guerre », dont des enseignants, des charpentiers, des ouvriers, pour la plupart des chrétiens et des membres des tribus locales. Certains otages ont été utilisés comme esclaves par les membres de l’EI. Quelques jours après la capture, les islamistes avaient diffusé une vidéo du prêtre prouvant qu’il était en vie. En juin dernier, l’armée philippine avait affirmé l’avoir vu vivant.

La libération est intervenue alors que les troupes philippines ont repris le contrôle du centre de commandement des islamistes dans une mosquée de Marawi. D’après un bilan publié lundi par le porte-parole de l’armée, le général Restituto Padilla, 673 islamistes, 47 civils et 149 soldats sont morts dans les affrontements.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]