Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pardon n’est pas une option

Vincenzo PINTO | AFP
Partager

Lors de l’angélus du dimanche 17 septembre, le Saint-Père a insisté sur la relation directe entre le pardon demandé à Dieu et celui à accorder à nos frères, contenu dans la prière du Notre Père.

Le chrétien « doit s’ouvrir au pardon et toujours pardonner », a déclaré dimanche le pape François en commentant l’enseignement du passage évangélique de ce dimanche (Mt 18, 21-35). Une nécessité, a-t-il précisé qui « ne nie pas le tort subi mais reconnaît que l’être humain, créé à l’image de Dieu, est toujours plus grand que le mal qu’il commet ». Le Saint-Père s’adressait à la foule rassemblée sous les fenêtres de son bureau, pour la traditionnelle prière de l’angélus. Parmi eux de très nombreux jeunes venus du sanctuaire italien de Lorette avec des religieux franciscains, de jeunes argentins et des élèves de l’école militaire de Colombie qu’il a salués chaleureusement après la prière, comme rapporte l’agence I-Media.

L’amour débordant de Dieu

Depuis notre baptême, Dieu nous pardonne, en nous remettant une dette insolvable : le péché originel. Puis, dans une miséricorde infinie, il nous pardonne toutes nos fautes au moindre petit signe de repentir. « Dieu est ainsi. Il est miséricordieux », et il veut que le chrétien le soit, « à Son image », en pardonnant « toujours ». C’est en ce sens, a expliqué le souverain pontife, que Jésus répond à Pierre qui lui demande combien de fois il doit pardonner, lui qui trouve que pardonner sept fois à la même personne est déjà le maximum, rapporté dans l’Évangile du jour : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept ».

Le pardon de Dieu est le signe de son amour débordant pour chacun de nous, « c’est l’amour qui nous laisse libres de nous éloigner, comme le fils prodigue, mais qui attend chaque jour notre retour ; c’est l’amour entreprenant du berger pour la brebis perdue ; c’est la tendresse qui accueille tout pécheur qui frappe à sa porte ». Mais cet amour, que Dieu veut offrir, Il ne peut le donner « si nous fermons notre cœur à l’amour des autres », a souligné le Pape. Et pour que chaque chrétien ait bien ancré en lui cette « relation directe » entre le pardon qu’il demande Dieu et celui qu’il doit accorder à ses frères, le Christ l’a insérée dans la prière du Notre Père : Remets-nous nos dettes comme nous les remettons aussi à nos débiteurs » (Mt 6,12).

Lire aussi : Le Notre Père aujourd’hui : comment le réciter comme Jésus l’a voulu ?

Difficile de pardonner mais…

À ceux qui ont du mal à ouvrir leur cœur à ceux qui les ont offensés et sont venus s’excuser, le Saint-Père demande de se retourner la question du Père céleste au serviteur impitoyable, dans la parabole évangélique de l’Évangile de ce dimanche: « Je t’ai remis toute cette dette parce que tu m’en as prié. Ne devais-tu pas toi aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’avais eu pitié de toi ? » (cf. Mt 18, 32-33). Se rappelant qu’il n’y a pas mieux que ceux qui « ont expérimenté la joie, la paix et la liberté intérieure après avoir reçu le pardon » pour s’ouvrir ensuite à « la possibilité de pardonner à son tour ».

Marcher sur le chemin du pardon demande du courage, reconnaît le Pape, mais comme il a dit lors d’une audience générale en septembre 2016, le pardon est « le pilier de la vie chrétienne », donc « ne pas pardonner » équivaut à « condamner le pécheur », c’est donc « briser le lien de fraternité avec lui et mépriser la miséricorde de Dieu qui ne veut abandonner aucun de ses enfants », avait-il insisté.

Lire aussi : Pour le pape François, être un chrétien « parfait » c’est possible !

Face à un monde où « trop de gens vivent enfermés dans le ressentiment et la haine, incapables de pardonner, empoisonnant leur vie et celle des autres au lieu de chercher la joie de la sérénité et de la paix », résonnent encore l’appel du Saint-Père, à Assise, en août 2016 : « Il est difficile de pardonner aux autres, cela coûte beaucoup… mais c’est vraiment le chemin à prendre si on veut lui donner la possibilité de changer… Alors allons-y ! ». Avec cette certitude, comme le rappelle l’un de ses anciens tweets, que : « Le pardon est l’essence de l’amour qui sait comprendre l’erreur et y porter remède ».

https://twitter.com/Pontifex_fr/status/794879439385440257

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]