Aleteia

Avec la Corée du Nord, le Vatican use de la « diplomatie de l’art »

© Antoine Mekary | ALETEIA
Partager
Commenter

Alors que les Nations unies réfléchissent à de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, le Saint-Siège lui, mise, entre autres, sur le dialogue par l’art.

Alors que la Corée du Nord est au centre d’une crise internationale, une exposition inédite sur l’Église en Corée intitulée Sur la Terre comme au ciel. Séoul et 230 années de l’Église catholique en Corée doit être inaugurée le 9 septembre prochain. Elle présentera des œuvres témoignant de la diffusion de l’Évangile dans la péninsule coréenne. Un événement qui constitue une nouvelle expression de la « diplomatie de l’art » mise en place par le Saint-Siège depuis plusieurs mois.

À travers cette exposition, le Saint-Siège souhaite attirer l’attention sur son action en faveur de la dignité de la personne et de la paix et peut-être contribuer à pacifier les tensions avec la Corée du Nord. Le Conseil de sécurité des Nations unies s’est en effet, une nouvelle fois réuni en urgence le 4 septembre, alors que la Corée du Nord venait d’effectuer son sixième essai nucléaire.

Une diplomatie qui a fait ses preuves

En vue de sensibiliser la communauté internationale, le Saint-Siège a d’ores et déjà convié 600 personnes à l’inauguration, parmi lesquels la plupart des ambassadeurs près le Saint-Siège et une délégation de jeunes issus de 15 pays asiatiques. Pour renforcer cette volonté, le Vatican a rendu l’exposition gratuite et accessible à tous, aux pieds de la basilique Saint-Pierre jusqu’au 17 novembre prochain.

Après une exposition exceptionnelle en Russie, d’œuvres des Musées du Vatican en novembre 2016, une autre de livres en Arménie et en Roumanie au printemps dernier, le Saint-Siège semble, une fois de plus, vouloir mettre à profit ses trésors au service de sa politique étrangère.

Cette « diplomatie de l’art » a déjà fait ses preuves en la matière. Devant son succès, l’exposition des œuvres des Musées du Vatican à la galerie Tretyakov à Moscou (Russie), avait dû être prolongée. Un échange culturel remarqué par le président russe Vladimir Poutine en personne, tant et si bien qu’il en avait fait mention lors de sa rencontre avec le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège lors de son voyage en août dernier : « Tous les amateurs d’art vous remercient pour l’organisation de l’exposition des musées du Vatican dans la Galerie Tretiakov » à Moscou, avait ainsi déclaré le chef d’État russe. L’exposition, loin d’en rester là, a enclenché un véritable dialogue naturel, la réciproque étant prévue en 2018 dans les musées du Pape avec l’exposition L’héritage spirituel de l’art russe, des icônes à l’avant-garde.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]