Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Mgr Vingt-Trois veut laisser un diocèse qui « témoigne d’une Église vivante »

ANDRÉ VINGT-TROIS
©DOMINIQUE FAGET I AFP
Partager

Le cardinal André Vingt-Trois doit renoncer à sa charge d'archevêque de Paris en novembre prochain.

Depuis l’année dernière, Mgr Vingt-Trois a fait savoir qu’il ne « prolongerait pas d’un jour » sa mission d’archevêque. Il devrait donc quitter sa charge après le 7 novembre 2017, date à laquelle il aura 75 ans. Il se plie ainsi à la coutume de l’Église catholique romaine qui veut que les évêques demandent à être relevés de leur charge une fois parvenu à cet âge. Ce week-end, il a confié à Radio Notre-Dame ne pas se préoccuper du nom de son successeur : « Ce n’est pas mon problème ! » a-t-il lancé.

Un diocèse actif et une Église vivante

L’archevêque de Paris, revenant sur ses douze années d’exercice, s’est réjoui de l’activité de son diocèse, riche en talents, témoin d’une Église vivante. Très présent dans les médias, il a assuré que c’est la vitalité de l’Église qui explique cette renommée, et non sa personnalité : « S’il n’y avait pas une Église vivante, je pourrais toujours aller faire le zouave devant les caméras, cela ne servirait à rien (…). Ma parole n’a du poids que parce que je représente les chrétiens ». Refusant de donner de consigne à son éventuel successeur, il a simplement espéré qu’il lui laisse un diocèse « en état de marche ».

La transmission comme vocation

À ses yeux, la « transmission des convictions » est le chantier prioritaire pour les Parisiens. Dans une autre interview accordée à l’AP en juillet dernier, il estimait que nous vivions « une période de cassure entre l’héritage d’une société post-chrétienne et l’avènement d’une société des idoles – une société de fric ». Face à ce danger, le défi pour les chrétiens est de rappeler ses valeurs fondamentales : « L’importance de l’existence, la relativité de l’économique par rapport au spirituel ou au culturel, la valeur de l’engagement, de la solidarité ». Il a précisé que ce souci de transmission n’est pas seulement une transmission de connaissances, mais aussi la mise en œuvre des convictions.

Convalescent et en forme

Atteint du syndrome de Guillain-Barré, Mgr Vingt-Trois a été hospitalisé au début de l’année, il a assuré retrouver progressivement la santé : « Le moral est bon… Pourquoi ne serait-il pas bon ? » s’est-t-il amusé. Se préparant lui-même à une ultime rentrée chargée, il a recommandé à tous d’emporter dans son cartable, comme parole d’Évangile, la phrase : « Votre joie, nul ne pourra vous la ravir » (Jn 16, 22).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]