Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 04 décembre |
Sainte Barbe
Aleteia logo
For Her
separateurCreated with Sketch.

Mon enfant entre à l’école maternelle, comment bien le préparer ?

PETIT GARÇON

© Shutterstock

Morgane Macé - publié le 29/08/17 - mis à jour le 25/08/22

La rentrée en maternelle peut être vécue comme une épreuve pour les tout-petits, qui doivent se séparer de leurs parents pour une grande partie de la journée, dans un tout nouvel environnement. Pas de panique ! Certaines paroles réconfortantes et gestes simples permettent de faciliter ce changement.

Il est parfois difficile pour parents et enfants de vivre la séparation le jour de la rentrée en maternelle. En effet, après des mois passés comme dans un petit cocon, les enfants doivent s’adapter à un nouvel espace : celui de l’école. Voici quelques conseils pour une rentrée tout en douceur.

Les bonnes phrases à lui dire le jour de la rentrée

Pour une séparation sans drame, « mieux vaut ne pas multiplier les recommandations, cela peut ajouter au stress », explique Josette, ancienne institutrice désormais à la retraite. S’il pleure, il faut simplement lui dire la vérité, des paroles rassurantes comme « je reviendrai te chercher après mon travail, après avoir fait les courses, ou après la classe. Ne t’en fais pas, je reviendrai toujours te chercher car après l’école ferme et tous les enfants reviennent chez eux ». 

« Le premier jour, les enseignants permettent généralement aux parents de rester un moment dans la classe ; mais si l’enfant pleure, il vaut mieux ne pas trop s’attarder car plus le moment de la séparation va durer, plus ce sera difficile pour lui. Une fois ses parents partis, il pourra penser à autre chose ».

À l’école, c’est l’enseignant et l’ATSEM (Agent Territorial Spécialisé des Ecoles Maternelles) qui vont s’occuper de lui et des autres enfants. « Comme les enfants sont nombreux, ils ne peuvent pas tout voir, alors s’il a un souci, si un autre enfant l’embête ou s’il a besoin de quelque chose, il faut qu’il aille leur dire ». L’enfant doit donc bien identifier ces deux personnes auxquelles s’adresser.

La rentrée pour les enfants de 2 à 3 ans

Pour une rentrée en petite section, qui concerne les enfants de 2 à 3 ans, il est conseillé, lorsque c’est possible pour les parents,de débuter par une fréquentation à mi-temps, les matins par exemple. Dans certaines écoles, les parents peuvent récupérer l’enfant soit à la sortie de la classe, soit juste après le repas. « Dans les écoles importantes, le temps du repas peut être vécu comme une situation de stress par certains enfants ; en effet le bruit, la contrainte de rester à table, et le temps du service, peuvent générer un sentiment d’insécurité », explique Josette.

Inviter des copains ou partager un moment avec eux, peut permettre aux parents de se rencontrer et d’échanger, et aux enfants de créer des liens dans un autre contexte.

Si cela se passe bien, on peut progressivement passer à la journée. Seulement en cas de besoin, pour le rassurer, sachant que l’enfant fera sans doute la sieste, prévoyez un petit sac avec son doudou et éventuellement sa sucette (les objets et vêtements doivent être marqués au nom de l’enfant pour éviter les échanges). Concernant le matériel, un cartable pouvant contenir un petit cahier suffit, car souvent un cahier de liaison circule entre l’école et la maison. Si cela n’a pas été fait lors de l’inscription, l’enseignant l’indiquera à la rentrée.

« Au début, les tout-petits ne jouent pas vraiment les uns avec les autres mais plutôt à côté, ce qui engendre d’ailleurs beaucoup de conflits, car ils veulent souvent le même jeu. Mais peu à peu, des relations vont se tisser entre certains d’entre eux ». Inviter des copains ou partager un moment avec eux, au parc par exemple, peut permettre aux parents de se rencontrer et d’échanger, et aux enfants de créer des liens dans un autre contexte.

Que faire s’il a du mal à s’adapter à l’école ?

Il ne faut pas nier le chagrin de l’enfant et lui montrer qu’on le comprend : « Je comprends que c’est difficile pour toi, pour l’instant tu ne connais pas bien l’école, le maître ou la maîtresse, les autres enfants » ou bien « tu as un peu peur, c’est normal, moi aussi ça m’arrive parfois ; mais dans quelques temps tu verras ça ira mieux ». Ensuite, il faut en parler à l’enseignant, demander un rendez-vous exprimer calmement son ressenti ; il donnera son avis et peut-être des conseils.

S’il y a de grosses difficultés, il est conseillé de prendre rendez-vous avec le médecin de PMI (la Protection Maternelle Infantile des Services sociaux) ou avec le psychologue scolaire du RASED (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté de l’éducation nationale). Celui-ci pourra, avec l’autorisation des parents uniquement, observer le comportement de l’enfant en classe et en parler avec eux. Ces deux personnes peuvent conseiller ou orienter les parents vers des structures de soin, si nécessaire.

De la maternelle à la primaire…

En général, les écoles pratiquent des activités et des visites entre elles pour faciliter le passage de l’école maternelle à l’école primaire. Au moment de l’inscription de l’enfant à l’école primaire, on peut demander à la visiter avec l’enfant. « À la rentrée, évitez de mettre de la pression sur l’enfant : « Maintenant, il va falloir que tu travailles bien, que tu fasses des devoirs, que tu sois sage (…) » On peut lui dire plutôt : « Tu vas retrouver tes copains, vous allez apprendre des choses nouvelles, et avec tes livres et tes cahiers, le soir, tu pourras nous montrer ce que tu as appris ».

Tags:
EnfantsRentrée scolaire
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement