Aleteia

Storiavoce : l’unique web radio consacrée à l’Histoire

© Storiavoce
Site web de Storiavoce.
Partager
Commenter

Christophe Dickès est un historien et un journaliste. Il est spécialiste d'histoire des relations internationales et d'histoire du catholicisme contemporain, notamment du Vatican et du Saint-Siège. Au mois de septembre 2016, il a lancé la radio web Storiavoce consacrée à l'Histoire.

Aleteia : Historien de formation, spécialiste de la papauté et des relations internationales, vous avez créé il y a bientôt un an Storiavoce, une web radio consacrée exclusivement à l’Histoire. Pour quelles raisons ?
Christophe Dickès : Dans un premier temps, j’avais pour volonté de créer un blog personnel lié à l’histoire. Mais après avoir contourné quelques obstacles, j’ai préféré créer une radio web. Aujourd’hui, le format radio s’impose sur le web au même titre que le format vidéo. Les auditeurs téléchargent des émissions très facilement qu’ils écoutent sur leur portable, leur tablette ou leur ordinateur.

Par ailleurs, j’ai fait le choix de formats longs de 20 à 45 minutes, ce qui donne tout le temps aux historiens de s’exprimer sur leur spécialité. Notre ligne éditoriale vise à répondre aux passionnés d’histoire, aux étudiants et, de manière générale, au grand public cultivé qui souhaite aller au-delà de la surface des choses. Dans un monde surinformé et de façon éphémère, nous nous arrêtons et nous prenons le temps de l’analyse.

Les émissions de radio ou de télévision sur l’histoire connaissent un succès d’audience qui ne se dément pas. Pensez-vous que les Français ont soif d’Histoire ?
Vous avez raison, il y a une soif d’histoire du public. Malheureusement, des médias ne lui donnent pas sa juste place. Plusieurs émissions radiophoniques ou télévisuelles simplifient l’histoire, parfois la tronquent, afin de la rendre plus accessible ou, pire, idéologique.

Certes, il est nécessaire de simplifier le discours, mais Storiavoce fait le pari de la rigueur en s’adressant aux meilleurs spécialistes des sujets abordés. Cela ne signifie pas que ces émissions ne sont pas accessibles. Bien au contraire : 28% de nos auditeurs ont entre 18 et 24 ans et les 2/3 de nos auditeurs ont moins de 35 ans ! Je suis très heureux de ces chiffres parce qu’ils montrent que la jeune génération souhaite se former.

Storiavoce promeut la connaissance de l’histoire et de son enseignement. Notre approche tient à rétablir la place de la chronologie, abandonnée dans les manuels scolaires. Nous fuyons par ailleurs les déterminismes, le progressisme ou le déclinisme : nous considérons que l’Histoire est faite par les hommes qui influencent leur milieu. La place de la biographie sur Storiavoce est ainsi très importante : d’Agrippine la mère de Néron à Alcuin, le conseiller de Charlemagne, père de la renaissance carolingienne ; de François Ier à Marie-Antoinette… Nous mettons en avant à la fois des grandes figures mais aussi des personnages quelque peu oubliés mais qui font la richesse de notre civilisation française, européenne, gréco-romaine et judéo-chrétienne.

L’histoire religieuse et particulièrement chrétienne est très présente sur votre site et fait l’objet d’un traitement de grande qualité. Est-ce important pour vous d’aborder aussi ces questions ?
Depuis quelques décennies, l’Église semble avoir honte de son histoire alors que l’apport intellectuel du christianisme à notre civilisation est essentiel. Mettre en avant l’intelligence chrétienne dans l’histoire est un de nos objectifs.

Par exemple, à la rentrée de septembre, j’ai souhaité inviter le médiéviste Olivier Hanne, auteur d’un ouvrage intitulé Le génie historique du catholicisme (éd. L’homme nouveau). Il y reprend l’ensemble des clichés sur l’histoire de l’Église (violence, misogynie, obscurantisme, etc.) en les démontant les uns après les autres. Mais il y a bien d’autres émissions sur le christianisme : nous avons enregistré une émission sur le Vatican face au communisme et au nazisme. Bien plus loin dans le temps, Marie-Françoise Baslez évoque, elle, le christianisme des premiers siècles. Denis Crouzet parle lui du défi du protestantisme à l’époque de Charles Quint. De son côté, Monique Cottret nous présente l’histoire du jansénisme aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Je suis d’ailleurs surpris de voir que cette dernière émission est une des plus écoutées. Qui se soucie du jansénisme aujourd’hui ? Pourtant, le succès est au rendez-vous. Même un thème aussi difficile que la rencontre du christianisme et de la pensée grecque à l’époque antique, à travers le livre de Sébastien Morlet, Les Chrétiens et la Culture (Les Belles lettres), a son succès. Les auditeurs veulent savoir et comprendre notre histoire. D’où ils viennent et ce qui fait la particularité de leur passé.

Pouvez-vous nous parler de votre partenaire la revue Codex ? Quelle est l’originalité de cette nouvelle revue chrétienne ?
La revue Codex, anciennement Histoire du Christianisme magazine, est un trimestriel publié par CLD Editions. Mais ce n’est pas un magazine comme les autres. Il s’agit d’un livre magazine, richement illustré et épais donc comme un livre, qui aborde le christianisme sous l’angle de l’histoire, de l’archéologie et du patrimoine. Codex a la même ligne éditoriale que Storiavoce : elle donne leur place à des universitaires, tout en cultivant une grande pédagogie dans la façon de présenter notre histoire.

Tous les trois mois, la revue Codex est présentée sur notre antenne. Nous avons aussi lancé ensemble des cours d’histoire de 20 minutes qui, de façon pédagogique, traitent d’une figure (Erasme, saint Augustin, etc.) ou d’une date de l’histoire du christianisme. L’émission s’adresse aux professeurs d’histoire qui peuvent l’utiliser afin d’illustrer leurs cours.

Vous n’aviez pas hésité à répondre également à Michel Onfray qui, au cours d’une émission de télévision, avait nié l’existence du Christ. Souhaitez-vous aussi vous engager dans les débats d’idées et dans la défense des valeurs chrétiennes ? Quelles sont les entretiens en préparation pour l’année prochaine et vos projets d’avenir pour Storiavoce ?
Oui, c’est important pour nous. À ce propos, le débat n’est pas clos : Jean-Marie Salamito, qui a dirigé le tome de la Pléiade sur les Premiers Chrétiens, a répondu à Michel Onfray dans un essai pétri d’érudition et d’humour (Salvator). L’émission enregistrée avec lui sera mise en ligne début septembre pour l’anniversaire de Storiavoce. Bien d’autres émissions sont dans les tuyaux comme nous disons dans le monde journalistique : Charles VII avec le grand historien Philippe Contamine, les Russes blancs avec Jean-Jacques Marie, une évocation des Zouaves pontificaux, etc.

Par ailleurs, nous allons étoffer l’équipe afin de développer le nombre d’enregistrements. Enfin, nous sommes en discussion avec une grande institution afin de développer les « cours d’histoire ». La radio aura donc besoin de soutien afin d’assurer ce développement. Nous allons nous professionnaliser davantage afin de nous installer comme un média d’Histoire de référence sur la place francophone.

Site officiel de Storiavoce ici.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]