Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 15 avril |
Sainte Anastasie
home iconArt & Voyages
line break icon

Cette ville abandonnée était connue sous le nom de la « ville au 1001 églises »

© De Thomas Dekiere - Shutterstock

Daniel Esparza - Publié le 26/08/17

La ville d'Ani rivalisait autrefois de splendeur avec le Caire et Constantinople. Elle est aujourd'hui abandonnée.

Aujourd’hui, il ne reste plus que de magnifiques ruines, entourées d’une muraille de plus d’un kilomètre, pour témoigner de la splendeur passée de la cité d’Ani. À son heure de gloire, Ani était la capitale de royaume arménien des Bagratides, qui s’étendait alors sur un territoire comprenant presque toute l’Arménie et l’Est de la Turquie actuelle. Sa localisation faisait d’Ani un carrefour naturel pour de nombreuses routes commerciales. Par conséquent, la ville prospéra au point de rivaliser, en termes d’importance et de beauté, avec des villes comme le Caire, voire même Constantinople, et était connue comme « la ville aux mille et une églises. » À l’époque, ses églises, palaces et fortifications comptaient parmi les plus splendides et les plus avancés sur le plan technique au monde.




Lire aussi :
En Arménie, le goût biblique du vin de Noé

Monastère des Vierges à Ani
© Ggia — Travail personnel - Wikimedia commons

Monastère des Vierges à Ani, Turquie.

Mais sa beauté fut aussi, du moins en partie, la cause de sa destruction : elle fut pillée par les Mongols en 1236, puis frappée par un tremblement de terre au début du XIVesiècle. De ce fait, la ville, qui comptait environ 200.000 habitants à ses heures de gloire, fut réduite à l’état de simple bourgade, avant d’être complètement abandonnée. Aujourd’hui, les ruines d’Ani — situées dans l’actuelle Turquie, sur un territoire que les Arméniens considèrent toujours comme leurs anciennes terres — sont très visitées par les touristes, bien que le Fonds du patrimoine mondial ainsi que l’UNESCO aient indiqué qu’elles se trouvent dans un état de délabrement critique.

Pour découvrir quelques vestiges de la cité d’Ani, cliquez sur le diaporama :




Lire aussi :
L’incroyable beauté de l’héritage chrétien arménien en Iran

Tags:
ArtsPatrimoine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
2
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
3
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
4
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
5
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
6
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
7
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement