Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 20 octobre |
Sainte Adeline
Aleteia logo
home iconFor Her
line break icon

Le Bescoin : la brioche savoyarde du 15 août

PAIN BESCOIN

© Marie-Laure Tombini / Ôdelices

Marie Le Goaziou - Publié le 13/08/17

Autrefois en Savoie, les boulangers ne fabriquaient cette savoureuse brioche que pour la fête du 15 août. Découvrez les traditions qui entourent le bescoin, le safran savoyard et bien sûr une recette pour le réaliser vous-même.

Le bescoin est un joli pain au lait parfumé au safran et à l’anis . Autrefois, en Savoie, on ne pouvait le trouver chez le boulanger que le 15 août, pour la fête patronale principalement dans la vallée de l’Avre qui descend de Chamonix jusqu’au Lac Léman. Cette recette s’est ensuite popularisée dans toute la province et on dit que les princes de Savoie en raffolaient. On la trouvait principalement lors des grandes fêtes religieuses ou même durant la « Vogue ». C’était également un cadeau des parrains et marraines à leurs filleuls lors des fêtes de Noël ou de Pâques. Le Bescoin pouvait alors prendre la forme d’une petite couronne ou d’un cœur, ce qui permettait de l’accrocher aux rameaux de buis que les enfants portaient à bénir à la messe du dimanche d’avant Pâques.

Le Bescoin, une brioche à oreilles

Mais généralement le Bescoin est une brioche longue de trente centimètres environ, parfois terminée par deux « oreilles » réalisées par une torsion de la pâte. Ces deux excroissances lui donnent alors la silhouette d’un enfant langé, un peu comme les couques du Nord. Cette brioche était d’ailleurs souvent au menu des réjouissances des mariages et des baptêmes savoyards et on la partageait alors entre voisins. Au Grand Bornand, elle sert encore de pain bénit à la fin de la messe du 15 août. Mais elle se déguste ensuite durant plusieurs jours, car, sa mie jaune safran n’en est que meilleure ! Les boulangers conseillent en effet de laisser rassir le Bescoin avant de le déguster en tranches épaisses, beurrées ou recouvertes de miel au petit déjeuner.


Lire aussi :
Faire son pain soi-même à la maison

Safran Savoyard

Parfumée de graines d’anis, cette brioche a une mie jaune d’or qui trahit la présence de safran dans la pâte… mais aussi sur les terres de Savoie. Autrefois en effet, la France était une grande productrice de cette épice qui demande un travail de fourmi ! Le safran est en effet constitué de pistils de crocus qu’on prélève délicatement dans chaque fleur. Les bulbes se plantent entre le 14 juillet et le 15 août pour fleurir juste avant le retour du froid en octobre. Il faut ensuite chaque matin cueillir les fleurs qui sont très éphémères et récolter immédiatement ce filament rouge qu’on fait ensuite sécher. Les conditions d’ensoleillement d’altitude et de terrain convenaient en effet particulièrement à cette culture et il n’était pas rare de voir dans les potagers savoyards, une petite terrasse bien exposée réservée à la culture des herbes et des épices comme le safran, qui donne du goût… mais qui améliore également la conservation des aliments. Le Bescoin du 15 août pouvait ainsi se conserver jusqu’au 28 août, le jour de la saint Guérin, protecteur des troupeaux, vénéré par tous les éleveurs montagnards.

Patrimoine culinaire savoyard

La pâtisserie savoyarde faisait appel régulièrement au safran pour parfumer les gâteaux comme les riouttes que l’on trouvait chez le boulanger ou même dans les fermes comme en témoigne le grand chef Guy Martin qui se souvient que sa grand-mère, qui vivait dans une ferme à 1350m d’altitude, glissait quelques pistils de safran de sa production dans son gâteau de Savoie. Autre plat de fête savoyard qui utilisait le safran, la soupe grasse dont on trouve la recette dans l’un des plus ancien traité de gastronomie médiévale connu en Europe écrit par Maitre Chiquard, cuisinier du duc de Savoie Amédée VIII en 1420,prouvant l’utilisation de safran et autres épices comme l’anis dans la cuisine savoyarde.

Si vous êtes en Savoie le 15 août, n’oubliez pas après la messe d’aller chercher un Bescoin. En le partageant, c’est le goût de la Savoie que vous dégusterez ! A défaut… essayez donc de le fabriquer vous même…

La recette du bescoin

Si vous avez envier de découvrir le bescoin sans aller jusqu’en Savoie, pourquoi ne pas essayer d’en réaliser un vous-même ? Vous pouvez par exemple suivre la recette de Marie-Laure Tombini qui partage sa version sur son blog Odélices.

Découvrez la recette du bescoin au safran et grains d’anis sur le blog Odélices.
© Marie-Laure Tombini / Ôdelices

Tags:
assomptionrecette
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
3
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
4
Mathilde de Robien
Rapport Sauvé : au cœur de la souffrance, des témoignages chargés...
5
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
6
Père Jacques de Longeaux
La réponse de Jésus à la tentation du pouvoir
7
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement