Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 30 octobre |
Bienheureuse Bienvenue Bojani
home iconActualités
line break icon

Jeanne Moreau, inoubliable dans "Le Dialogue des Carmélites"

JEANNE MOREAU

© YouTube

Kévin Boucaud-Victoire - Publié le 31/07/17

L'actrice de 89 ans est morte ce lundi 31 juillet. L'occasion de rendre hommage à l'un de ses plus beaux rôles, celui de la mère Marie de l'Incarnation dans "Le Dialogue des Carmélites".

Actrice et réalisatrice Jeanne Moreau, qui a obtenu le César de la meilleure actrice en 1992 pour La vieille qui marchait dans la mer, est décédée ce lundi 31 juillet à l’âge de 89 ans. L’artiste avait notamment brillé dans Le Dialogue des Carmélites, film qui a reçu le Grand Prix hors-festival de l’Office Catholique International du Cinéma, en 1960. Une adaptation du « testament spirituel » de l’écrivain Georges Bernanos, qui explore les thèmes de la grâce, du martyre, de l’héroïsme et surtout de la peur.

En 1947, alors qu’il vient de rédiger son plus grand essai politique, La France contre les robots, qui paraîtra à titre posthume, Bernanos part en Tunisie et entame la rédaction du Dialogue des Carmélites. L’idée lui est soufflée par Raymond Leopold Bruckberge, prêtre dominicain. L’écrivain s’inspire alors de La Dernière à l’échafaud de Gertrud von Le Fort. Dans ce récit publié en 1931, l’Allemande s’inspire de l’histoire véridique des carmélites de Compiègne guillotinées à Paris sur la place du Trône pendant la Terreur, le 27 messidor de l’an II (17 juillet 1794). La nouvelle de von Le Fort et le manuscrit de Bernanos racontent l’histoire de Blanche de la Force (translittération de von Le Fort), jeune aristocrate parisienne fictive, qui intègre le Carmel de Compiègne. La jeune femme va vivre la Révolution française et la déchristianisation. Bien qu’elle réussit à s’enfuir, Blanche, après avoir surmonté sa peur, finit par rejoindre les religieuses condamnées à mort et partage leur destin de martyr. « On n’a pas peur, on s’imagine avoir peur. La peur est une fantasmagorie du démon », conclut Bernanos.

À l’origine, l’objectif de l’écrivain est d’adapter la nouvelle au cinéma. Un projet qu’il ne verra jamais aboutir, puisqu’il décède en 1948 d’un cancer du foie. Comme La France contre les robots, Le Dialogue des Carmélites connaît un succès posthume. En 1960 le père Bruckberger et le réalisateur Philippe Agostini adaptent le scénario, qui a déjà servi de base à une pièce de théâtre et à un opéra, au grand écran. La jeune Pascale Audret tient le rôle principal, celui de Blanche. De son côté, Jeanne Moreau incarne la mère Marie de l’Incarnation, qui dirige le couvent. Extrait :

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
CinémaGeorges Bernanos
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement