Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 23 novembre |
Saint Clément Ier
home iconSpiritualité
line break icon

Le mystère du nom de Dieu

SKY LIGHT

Areebarbar/Shutterstock

Jacques Gauthier - Publié le 19/07/17

Nous parlons de Dieu entre nous depuis des millénaires. Nous écrivons beaucoup sur lui, peut-être pour nous consoler de ne pas le voir, pour nous souvenir de sa présence. Il demeure le grand mystère qui a inspiré tant d'artistes.

Dieu, ni ceci ni cela, avouait le poète carme saint Jean de la Croix, c’est un je-ne-sais-quoi d’insaisissable que le cœur brûle d’obtenir, mais c’est de nuit. Dieu, le terme vers lequel nous nous dirigeons, « peut être regardé comme une nuit obscure pour l’âme, tant qu’elle est en cette vie » (La Montée du Carmel, livre 1, chapitre 2).

Ce mot obscur de Dieu nous gêne ou nous ravit selon l’expérience que nous en avons. Il érode les sens et creuse le désir. Face à notre impuissance de tout contrôler, nous nous en servons souvent pour le projeter contre le mal. Ne parle-t-on pas de « Act of God », comme on le voit dans certains contrats d’assurance, lorsqu’il s’agit de cataclysmes naturels ?

Le nom de Dieu est doux comme le miel ou amer comme le vinaigre. Il a l’odeur du muguet ou d’une mouche grillée sur un néon. On l’imagine trop grand, au-dehors, alors qu’il réside dans l’âme. Il attire par des attaches d’amour. Il est ce qui demeure quand tout meurt puisqu’en lui sont toutes nos sources.

Foi, espérance et amour

Dieu se révèle en se dérobant. Les mains vides peuvent mieux le saisir. Plus il se tait, plus nous parlons ; plus il est absent, plus nous le disons présent. Il est entre nous et en nous, mais autre que nous, vivant avec nous le jeu de la vie et de la mort. Ce long entretien ininterrompu se nourrit de foi, d’espérance et d’amour. Ces actes de langage renouvellent sans cesse la communication entre Dieu et nous, d’autant plus que dans le christianisme Dieu s’est fait chair en Jésus. Il arrive à l’improviste, au moment où l’on s’en attend le moins, nous rappelle le cistercien saint Bernard de Clairvaux quand il évoque les visites gratuites du Verbe dans son sermon 74 sur le Cantique des Cantiques. Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier

Tags:
Dieu
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Messe publique en France - Lyon
Agnès Pinard Legry
Reprise des messes : ce que l'on sait du futu...
Henri Quantin
Face à l’épidémie, êtes-vous thespien ou bocc...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement