Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 18 mai |
Saint Eric de Suède
home iconAu quotidien
line break icon

Voici 3 formes de maltraitance qui peuvent détruire votre mariage

FEMME TRISTE

© Shutterstock

Pildoras de fe - Publié le 04/07/17

Souvent taboues, souvent tues, les maltraitances conjugales ne doivent pas être ignorées. Si vous êtes victime de l'une ou l'autre, prenez des mesures pour votre sécurité personnelle et celle de vos enfants.

Après avoir travaillé de nombreuses années avec des couples mariés, mon épouse et moi-même nous sommes rendu compte que beaucoup d’époux souffrent en silence de maltraitance dans leur mariage.

Cette maltraitance n’est pas toujours physique. En effet, beaucoup de formes de mauvais traitements ne laissent aucune marque visible sur le corps, mais dévastent profondément l’esprit et le coeur du conjoint abusé et l’union elle-même.

Si VOUS êtes victime d’abus physique ou émotionnel extrême dans votre relation, cherchez de l’aide immédiatement. Contactez un professionnel et/ou un conseiller conjugual pour éviter tout débordement.

Les trois formes principales de mauvais traitements dans un couple sont :

1. L’abus verbal

C’est peut-être la forme la plus commune de violence dans un couple. Elle arrive quand l’un des conjoints crie constamment sur l’autre, le méprise, l’humilie, le commande, l’accuse ou l’insulte. La violence verbale tend à être une porte d’entrée pour les autres formes d’abus, car si une personne a abusé de l’autre par les mots, il/elle l’abusera sûrement peu à peu sous d’autres formes.

2. L’abus émotionnel

L’abus verbal et émotionnel vont souvent de pair, mais présentent toutefois quelques différences. Dans le cas de l’abus émotionnel, l’agresseur tente typiquement de manipuler les émotions de son conjoint dans le but de le contrôler. Il essaie souvent de le « punir » comme s’il était un enfant et non son égal. L’agresseur exagère souvent ses émotions, puis reproche à l’autre de le mettre dans un tel état émotionnel. Tout comme d’autres formes d’abus, l’abus émotionnel est un moyen de contrôler l’autre.

3. L’abus physique

Les abus émotionnel et verbal conduisent souvent à la forme la plus agressive et destructrice de maltraitance : la violence physique. Si l’on passe des cris aux bousculades et aux coups, il faut alors prendre des mesures IMMÉDIATEMENT.

Chaque contact au sein d’un couple doit être tendre et affectueux, sans colère, rage ni menace. Ne cherchez aucune excuse à la maltraitance. Prenez des mesures pour votre sécurité personnelle et celle de vos enfants. Cherchez de l’aide auprès d’un professionnel, vous n’avez aucune raison d’affronter la situation seul(e).

Article publié sur Pildorasdefe

Tags:
Mariage
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
5
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement