Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 28 novembre |
Sainte Catherine Labouré
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Discours de Versailles : Emmanuel Macron inspiré par saint François d’Assise ?

CONGRESS Macron

© ERIC FEFERBERG / POOL / AFP

Le président Emmanuel Macron, le 3 juillet 2017, devant le Congrès.

La rédaction d'Aleteia - publié le 03/07/17

Dès le début de son intervention devant le Congrès réuni à Versailles, le président de la République a prononcé une phrase qui évoque fortement la célèbre prière de saint François d'Assise.

L’ancien associé-gérant de la banque Rothschild serait-il un disciple discret du fondateur de l’ordre des Franciscains ? À écouter les premiers mots de l’allocution d’Emmanuel Macron devant les députés et sénateurs réunis à Versailles ce lundi 3 juillet, on pourrait être tenté de répondre par l’affirmative. Le nouveau locataire de l’Élysée n’a-t-il pas utilisé la formule suivante pour qualifier la « mission historique » de son mandat : « Créer de l’unité là où il y avait de la division ».

Par-delà la traduction, on croirait en effet entendre l’écho direct de la célèbre phrase de saint François d’Assise : « Là où est la discorde, que je mette l’union ». Sans doute est-il hâtif de voir dans cette expression une citation consciente du Poverello. Néanmoins, les catholiques y seront sans doute sensibles, d’autant plus que la division fustigée par Emmanuel Macron, est étymologiquement « diabolique » (diabolos signifie en grec « celui qui divise »).

Au-delà de ces spéculations — qui s’apparentent plus au clin d’œil — ce lointain écho du discours d’Emmanuel Macron apporte un éclairage nouveau sur la prière de saint François qui, de fait, pourrait constituer le socle d’une action politique magnifique :

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix, Là où est la haine, que je mette l’amour. Là où est l’offense, que je mette le pardon. Là où est la discorde, que je mette l’union. Là où est l’erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie. O Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler, à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer. Car c’est en se donnant qu’on reçoit, c’est en s’oubliant qu’on se retrouve, c’est en pardonnant qu’on est pardonné, c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »
Tags:
Emmanuel MacronFrançois d'Assise
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement