Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le dernier film de Natalie Saracco, un « Amélie Poulain catho »

Partager

Aleteia a rencontré la cinéaste Natalie Saracco qui vient de terminer la réalisation de son court-métrage : « Si le Monde savait ».

« La femme d’affaires du Christ », comme elle aime se nommer, est franche, ambitieuse, dynamique et souriante. Elle commence son Facebook Live avec notre rédacteur en chef par un cours de flipper et présente, à la caméra, les différents membres de sa famille et ses amis qui passent la voir au moment de son interview, toujours hilare et spontanée.

La cinéaste avait déjà rencontré un franc succès avec la production de son long-métrage La Mante Religieuse en 2014, et la publication de son livre Pour ses Beaux Yeux, qui relate le miracle qu’elle a vécu suite à un grave accident de voiture. Son dernier court-métrage, Si le Monde savait, a été réalisé sur l’impulsion de la Mère supérieure des Sœurs de la Visitation de Paray-le-Monial et la responsable de la Garde d’Honneur du Sacré-Cœur de Jésus, dont elle est membre.

La basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, qui est le monument le plus visité de France, avant même la Tour Eiffel ou le Musée du Louvre, constitue le décor de Si le Monde Savait. Le film a pour thème central l’idée qu’un regard peut changer beaucoup et met ainsi en scène des trajectoires croisées de personnes qui ne se connaissent pas, mais que quelque chose va réunir. La caméra embarquée suit le parcours d’une femme qui va rencontrer des personnes aspirant finalement tous à la même chose : aimer et être aimé. On a, d’un côté, à faire à une galerie de personnages malheureux et « plus ou moins paumés », selon les mots de la réalisatrice, et de l’autre côté le Sacré-Cœur de Jésus, qui se consume d’Amour pour eux. Pour Natalie Saracco, « il n’y a rien de pire qu’un amour méconnu, rien de pire que d’aimer une personne sans que celle-ci le sache ».

Ainsi, le fil rouge de ce film est précisément ce lien d’Amour indicible entre Dieu et les hommes, ce lien qui mène au vrai Bonheur, celui d’être aimé(e) de Dieu et de l’aimer. « Je suis fière de le dire, c’est de la pure propagande de Jésus, du pur prosélytisme chrétien ! Dans une société où le nivellement se fait par le bas, dans une société on veut détruire Dieu, la conséquence est forcément la mort de l’Homme. Ce film propose de se recentrer sur le cœur de l’Évangile, qui est la Bonne Nouvelle, celle qui nous rappelle sans cesse que Dieu est Amour, qu’Il nous aime profondément et que nous ne sommes pas orphelins. »

Ce court-métrage sera mis en ligne à partir du 23 juin, fête du Sacré-Cœur. Il est traduit dans de nombreuses langues selon la cinéaste qui le voulait accessible au plus grand nombre, notamment en arabe par solidarité pour les chrétiens d’Orient.

Lire aussi : Natalie Saracco, une cinéaste amoureuse de Jésus

Lire aussi : Victime d’un grave accident de la route, elle se retrouve face au Christ

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]