Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pour faire revenir ses paroissiens, il réduit ses sermons à 5 minutes

PRIEST MASS
Pascal Deloche/Godong
Partager

Le curé d’une paroisse irlandaise a décidé de prendre la taureau par les cornes pour regarnir les bancs de son église : il prêche désormais en cinq minutes afin de donner un rythme tonique à la messe et ne pas décourager ses ouailles peu sensibles au commentaire de la Parole.

Le père Patrick (« Paddy ») O’Kane — 68 ans, dont 45 de sacerdoce — est le curé de la Sainte Famille, une paroisse du quartier de Ballymagroarty à Londonderry, la seconde ville la plus importante d’Irlande du Nord après Belfast. Lui aussi, comme bon nombre de ses confrères européens, est confronté à la baisse de la pratique religieuse. Ce prêtre au caractère bien trempé refuse ce déclin et n’hésite pas à se livrer à une stimulante autocritique. Si l’assiduité à la messe dominicale est chancelante, c’est peut-être aussi parce que ses sermons sont trop longs, s’est-il dit. Trop long pour des paroissiens dont les capacités de concentration ne sont pas extensibles à l’infini. Trop long pour les parents qui doivent tenter de maintenir silencieuse leur progéniture pendant le commentaire des textes saints : autant dire un véritable cauchemar.

L’art de la synthèse

C’est au cours d’une retraite de quatre mois au Texas, à l’occasion d’une rencontre pastorale, que le père O’Kane a eu une véritable révélation : invité à prendre place sur un banc de l’assemblée pour se mettre dans la peau d’un fidèle standard, le prêtre s’est aperçu que son attention commençait à vagabonder au bout de cinq minutes d’homélie, quelles que soient les qualités oratoires du prêcheur. Et le prêtre irlandais de confesser en outre un petit péché d’orgueil : « Lorsqu’on est en train de prêcher, debout derrière l’ambon, on peut avoir la fausse impression d’être beaucoup plus intéressant qu’on ne l’est vraiment », confie-t-il sans fausse humilité au Belfast Telegraph. À l’issue de ce stage au Texas, sa religion est faite : ses sermons n’excéderont pas cinq minutes désormais, iront directement à l’essentiel, et pourront être compréhensibles des plus jeunes aussi. Et depuis, le père O’Kane doit reconnaître qu’il a bien plus de mal à rédiger un sermon concis qu’une homélie fleuve…

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]