Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Pour faire revenir ses paroissiens, il réduit ses sermons à 5 minutes

PRIEST MASS
Pascal Deloche/Godong
Partager

Le curé d’une paroisse irlandaise a décidé de prendre la taureau par les cornes pour regarnir les bancs de son église : il prêche désormais en cinq minutes afin de donner un rythme tonique à la messe et ne pas décourager ses ouailles peu sensibles au commentaire de la Parole.

Le père Patrick (« Paddy ») O’Kane — 68 ans, dont 45 de sacerdoce — est le curé de la Sainte Famille, une paroisse du quartier de Ballymagroarty à Londonderry, la seconde ville la plus importante d’Irlande du Nord après Belfast. Lui aussi, comme bon nombre de ses confrères européens, est confronté à la baisse de la pratique religieuse. Ce prêtre au caractère bien trempé refuse ce déclin et n’hésite pas à se livrer à une stimulante autocritique. Si l’assiduité à la messe dominicale est chancelante, c’est peut-être aussi parce que ses sermons sont trop longs, s’est-il dit. Trop long pour des paroissiens dont les capacités de concentration ne sont pas extensibles à l’infini. Trop long pour les parents qui doivent tenter de maintenir silencieuse leur progéniture pendant le commentaire des textes saints : autant dire un véritable cauchemar.

L’art de la synthèse

C’est au cours d’une retraite de quatre mois au Texas, à l’occasion d’une rencontre pastorale, que le père O’Kane a eu une véritable révélation : invité à prendre place sur un banc de l’assemblée pour se mettre dans la peau d’un fidèle standard, le prêtre s’est aperçu que son attention commençait à vagabonder au bout de cinq minutes d’homélie, quelles que soient les qualités oratoires du prêcheur. Et le prêtre irlandais de confesser en outre un petit péché d’orgueil : « Lorsqu’on est en train de prêcher, debout derrière l’ambon, on peut avoir la fausse impression d’être beaucoup plus intéressant qu’on ne l’est vraiment », confie-t-il sans fausse humilité au Belfast Telegraph. À l’issue de ce stage au Texas, sa religion est faite : ses sermons n’excéderont pas cinq minutes désormais, iront directement à l’essentiel, et pourront être compréhensibles des plus jeunes aussi. Et depuis, le père O’Kane doit reconnaître qu’il a bien plus de mal à rédiger un sermon concis qu’une homélie fleuve…