Aleteia

Marre de manquer de temps ? Suivez les conseils d’une coach

© Shutterstock
Partager
Commenter

La course contre le temps est souvent épuisante. A trop vouloir en faire, nous nous retrouvons impuissants voire inefficaces. Découvrez les conseils d'une coach pour arrêter de courir sans arrêt.

De plus en plus sollicités dans un monde où tout va très vite, nombreuses sont les personnes à avoir l’impression de s’essouffler au quotidien. Stress, angoisse et fatigue polluent la vie de tous les jours et peuvent même perturber notre spiritualité. Reprenez le contrôle sur votre temps, pour gagner en sérénité, en suivant les astuces de Marion Guiset, coach de vie certifiée à Vancouver.

D’où vient cette sensation de course permanente ?

Marion Guiset : Elle se ressent par une force d’urgence intérieure générant frustration, stress, anxiété, et nervosité. Cette sensation est créée par une pensée ou une croyance limitante (saboteur intérieur) qui nous empêche d’être dans l’appréciation du moment présent, de respirer, d’accueillir ce qui se passe en soi et d’être plus serein.

Voici quelques exemples de croyances limitantes :

« Je dois être performant, parfait et toujours au top ». Ce besoin peut cacher la peur de déplaire : à son manager si le dossier n’est pas parfait, à ses amis si la maison n’est pas rangée parfaitement bien, etc.

« Je cours pour ne pas être en contact avec mes propres émotions ». En effet, rester actif permet de ne pas être en contact avec des émotions peut-être plus douloureuses, plus dures à gérer. Un deuil, un conflit, une décision difficile qu’on n’a pas encore pris le temps de digérer. Le silence peut faire peur a beaucoup, il nous met face à nous-mêmes. La recherche de stimulations extérieures est une stratégie qui permet de ne pas être au contact avec notre activité intérieure : nos propres émotions ou être avec soi-même tout simplement.

« Je dois avoir une vie au top, la vivre à fond ! ». Une approche qui peut vite prendre le pas sur un trop-plein d’activités. Là encore, tout est une question de dosage, d’équilibre.

Comment éviter l’impression permanente de manque de temps ?

Marion Guiset : Prenez du temps pour vous et avec vous, en priorité. Revenez à vous-même. Cela peut paraître étrange, mais mon invitation pour vous est de finalement reprendre le pouvoir sur le temps en le… prenant ! Les bienfaits ? En prenant soin de vous et vous autorisant à respirer (même 5 minutes par jour) vous gagnerez en sérénité, vous prendrez de la distance sur vos priorités (les vraies et celles que l’on s’impose par « peur de ») et vous serez plus efficace.

Quelles astuces pour une vie moins stressée par le temps ?

1. Le matin

Je vous propose de reprendre le contrôle sur le temps avec une routine dès le matin. Beaucoup d’athlètes et de personnalités célèbres le font pour gagner en sérénité tout au long de leur journée. Il s’agit d’avoir un vrai espace à soi dès le matin (10 minutes à 1 heure) pour faire des activités qui vous recentrent comme méditer, faire du yoga, courir etc. Vous choisissez ainsi dès le matin l’état d’esprit dans lequel vous souhaitez être.

2. En cours de journée

Prenez soin de vous en vous accordant des pauses pendant la journée (même de 5 minutes) pour revisiter vos priorités et vos vraies motivations de fond. En exemple, vous pouvez prendre de profondes respirations, fermer les yeux et visualiser un paysage serein, écouter de la musique douce… L’objectif est de revenir au calme intérieur et de vous recentrer avant de réattaquer la journée.

3. En fin de journée

Pour calmer l’ardeur du « jamais assez », je vous propose d’écrire vos 3 gratitudes de la journée et les raisons à côté (ex : « courir ce matin : cela m’a donne un vrai coup de boost, je me sens vivant, je prends soin de mon corps » ou « l’aide de ma collègue sur le dossier Y : je me suis sentie soutenu, j’ai appris de nouvelles choses,  j’ai pu le rendre à temps »). L’objectif est d’apprécier déjà tous les petits et grands cadeaux que vous recevez chaque jour.

Être moins stressée par le temps, c’est aussi dire « non » plus souvent. À quoi devriez-vous dire plus souvent  « non » pour vous dire « oui » à vous et à votre bien-être ? C’est le moment de revisiter vos priorités, et de classer les tâches à faire en fonction de leur urgence ainsi que de leur importance. Quelles sont les priorités que vous pourriez déléguer ? L’objectif est de capitaliser votre temps et votre énergie.

Choisissez aussi un état d’esprit qui vous aide à apprécier ce que vous faites plutôt que de subir. Par exemple « Et si je faisais le ménage avec un état d’esprit joyeux, curieux, serein… à quoi cela ressemblerait ? Qu’est-ce que je ferais de différent et qu’est-ce que cela m’apporterait ? » Mettre de la musique sympa, écouter un podcast intéressant.

>> En savoir plus sur Marion Guiset, coach de vie à Vancouver : www.marionguiset.com

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]