Aleteia

Pape François : « Tendre la main aux pauvres, un impératif dont aucun chrétien ne peut faire abstraction »

Partager
Commenter

Voici le message du Pape pour la première journée mondiale des pauvres.

Dans son message diffusé ce mardi 13 juin pour la première Journée mondiale de la pauvreté, fixée au 19 novembre prochain, le pape François appelle à réaliser des actes concrets pour « faire sentir aux pauvres la chaleur de l’amour qui rompt le cercle de la solitude ». Aux évêques, prêtres et personnes consacrées, aux associations, aux mouvements et au vaste monde du volontariat, le souverain pontife demande de faire en sorte que cette Journée mondiale devienne une « véritable tradition » pour apporter une contribution concrète à l’évangélisation dans le monde contemporain.

Titre du message : « N’aimons pas en paroles, mais par des actes », inspiré d’un verset de l’évangile selon saint Jean, dans une nouvelle invitation aux croyants à « sortir de l’indifférence, des certitudes et des conforts qui sont souvent les lieux privilégiés d’une culture nanti, pour reconnaître que la pauvreté représente aussi une valeur… une vocation à suivre Jésus pauvre », a souligné Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, lors de sa présentation devant la presse.

« Je vous demande pardon au nom des chrétiens qui tournent la tête de l’autre coté à la vue d’un pauvre », avait lancé le pape François, le 11 novembre 2016, en recevant au Vatican plus de 3.500 personnes en situation de précarité, pour le jubilé de la miséricorde. L’initiative était coordonnée par l’association française Fratello, sous le thème « nous les pauvres, avec François à Rome au cœur de l’Eglise ». C’est à cette occasion que le Pape a décidé d’instituer une Journée mondiale pour les pauvres. Annonce arrivée comme une réponse à la demande d’Étienne Villemain, le fondateur de l’association Lazare, de pouvoir organiser une journée mondiale des pauvres sur le modèle de la journée mondiale des jeunes.

L’amour n’admet pas d’alibi

Pour cette première Journée mondiale consacrée aux pauvres, le pape François célébrera, le 19 novembre, une messe en la basilique Saint-Pierre, avec des personnes démunies et des bénévoles, a indiqué Mgr Rino Fisichella. François, a-t-il ajouté, souhaite que les communautés chrétiennes, au cours de la semaine qui précède la Journée Mondiale des Pauvres, « tendent la main aux pauvres, aux faibles, aux hommes et aux femmes dont la dignité est trop souvent bafouée ». Ainsi chaque église particulière est invitée à « créer de nombreux moments de rencontre et d’amitié, de solidarité et d’aide concrète » qui aident à « promouvoir un meilleur service » à leur encontre.

Il faut remplacer « les paroles vides qui sont souvent sur nos lèvres par des actes concrets (…) L’amour n’admet pas d’alibi. Celui qui entend aimer comme Jésus a aimé doit faire sien son exemple », exhorte le Pape dans son message. La façon d’aimer du Fils de Dieu, a-t-il rappelé, est bien connue, et se fonde sur deux pierres angulaires : « Dieu a aimé le premier » et « Il a aimé en se donnant tout entier, y compris sa propre vie ».

Or, de nos jours, déplore-t-il, « émerge toujours davantage la richesse insolente qui s’accumule dans les mains de quelques privilégiés », souvent accompagnée « de l’inégalité et de l’exploitation offensant la dignité humaine ». Cette expansion « fait scandale ». Et de citer, parmi les « mille visages » de  la pauvreté, ceux marqués par  » la douleur, la marginalisation, l’abus, la violence, les tortures et l’emprisonnement, par la guerre, la privation de la liberté et de la dignité, l’ignorance et l’analphabétisme, par l’urgence sanitaire et le manque de travail, les traites et les esclavages, l’exil et la misère, la migration forcée… ».

Face à cette situation, le chrétien ne saurait rester « inerte et encore moins résigné ». À la pauvreté qui « inhibe l’esprit d’initiative de nombreux jeunes, en les empêchant de trouver un travail » ; qui « anesthésie le sens des responsabilités conduisant à préférer la procuration et la recherche de favoritismes » ; qui « empoisonne les puits de la participation et restreint les espaces du professionnalisme en humiliant ainsi le mérite de celui qui travaille et produit »,  le Pape demande de répondre par « une nouvelle vision de la vie et de la société ». Il souhaite  que cette nouvelle Journée Mondiale, devienne pour le chrétien « un appel fort » à sa conscience de croyant, qu’il en sorte « plus convaincu » que partager avec les pauvres « permet de comprendre l’Évangile dans sa vérité la plus profonde ». Les pauvres, a-t-il insisté, ne sont pas un problème : « Ils sont une ressource où il faut puiser pour accueillir et vivre l’essence de l’Évangile ». Et aux pauvres, le Pape demande de « ne pas perdre le sens de la pauvreté évangélique qu’ils portent imprimé dans leur vie ».

Prier le Notre-Père

Parmi toutes les initiatives demandées par le Saint-Père, la prière devra avoir une place de choix, notamment le  « Notre Père », « la prière des pauvres », a-t-il souligné, car « ce que Jésus nous a enseigné par cette prière exprime et recueille le cri de celui qui souffre de la précarité de l’existence et du manque du nécessaire ». Le Notre Père, est une prière qui s’exprime au pluriel : « Le pain demandé est ‘‘notre’’, et cela comporte partage, participation et responsabilité commune. Dans cette prière, nous reconnaissons tous l’exigence de surmonter toute forme d’égoïsme pour accéder à la joie de l’accueil réciproque », a poursuivi le Pape.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]