Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Redécouvrir le vrai saint Antoine de Padoue

SAINT ANTHONY PADUA
Wikimedia
Saint Antoine de Padoue par Sanzio da Varallo.
Partager

Antoine de Padoue est l'un des saints les plus populaires et les plus mal connus. Car au-delà des nombreux miracles qui lui furent attribués, ce franciscain, docteur de l’Église, est une figure d’une grande spiritualité que Françoise Bouchard nous fait découvrir.

Né vers 1190, mort en 1231, Antoine appartient au temps où un saint entre aussitôt dans la « légende dorée ». Et lui d’autant plus qu’il exerça généreusement le don de thaumaturge. À sa mort, pour le procès de canonisation, ce ne sont pas moins de 47 miracles qui furent officialisés. C’est dire qu’une bonne part de sa « biographie » consiste à raconter ces miracles. Mais attention ! On n’est pas là entre crédulité et naïveté. C’est la foi de ces hautes époques qui le veut ainsi. Les âmes chrétiennes baignaient alors dans le surnaturel : elles n’avaient pas encore perdu l’enfance spirituelle. Leur foi était de celle qui déplace les montagnes et bâtit les cathédrales.

Le travail de Françoise Bouchard dépasse le seul regard prodigieux — très bien traité au demeurant — il permet de découvrir la personnalité et l’œuvre de saint Antoine. Il avait un autre don : l’intelligence et la mémoire. Il les appliqua à la connaissance de l’Écriture, qui lui fut bien utile quand saint François lui-même (contemporains, ils ne se sont pas rencontrés mais ont correspondu) lui confia une mission de combat. À cette époque sévissait l’hérésie cathare, partie d’Aquitaine (ici les albigeois, ailleurs les patarins ou les vaudois), qui faisait des ravages. Prédicateur de feu, Antoine les affronta en France et en Italie avec un succès qui lui valut le titre de docteur de l’Église.

Mais ce livre a encore un mérite supérieur : il apprend à aimer et prier saint Antoine. Sa douceur, son humilité, son humour, pure incarnation de l’esprit franciscain dans la continuité du Poverello, le rendent infiniment aimable. Sa générosité en bienfaits suscite la dévotion. En son dernier chapitre, Françoise Bouchard cite nombre de prières parmi lesquelles se distingue celle-ci, signée de l’auteur : « Saint Antoine, vous retrouvez les objets perdus ? Eh bien aidez-nous à retrouver la foi, l’espérance, la charité. Nous les avons perdues, et nous ne savons plus les transmettre à nos enfants… ».   

Françoise Bouchard, Saint Antoine de Padoue, éditions Salvator, 246 pages, 20 euros. 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]