Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pinturicchio, peintre des Borgia

© Musées du Capitole.
Il Pinturicchio, Bambino Gesù, fragment de l’Investiture divine d’Alexandre VI, Pérouse, Fondation Guglielmo Giordano.
Partager

À Rome, les musées du Vatican consacrent, jusqu'au 10 septembre 2017, une très belle exposition sur Bernardino di Betto dit "Pinturicchio" (petit peintre), en raison de sa petite taille. Un artiste éminent du XVe siècle dont l'oeuvre la plus célèbre demeure la décoration des appartements Borgia, au Vatican, sous le pontificat d'Alexandre VI.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Depuis le mois de mai 2017, et ce jusqu’en septembre, un artiste du Quattrocento italien est à l’honneur aux musées du Capitole : le peintre Pinturicchio appelé à Rome par le pape Alexandre VI (Borgia 1492-1503).

« Les Appartements Borgia au Vatican, la nouvelle Domus Aurea (Maison dorée) »

Sous le pontificat Borgia, le Palais apostolique, théâtre de querelles dynastiques, de calomnies, de jalousies, est aussi et surtout un paradis pour les artistes chargés de réaliser la décoration des appartements pontificaux. Ces nouveaux appartements comprennent six pièces monumentales qu’Alexandre VI restaurent et réaménagent. Depuis 1971, elles abritent la collection d’Art religieux moderne des Musées du Vatican. Entre l’automne 1492 et la fin de l’année 1494, le Pinturicchio et son atelier réalisent une série de fresques, représentant des Sibylles, le Credo, les arts libéraux et les sciences, des vies de saints, des mystères et enfin des souverains pontifes.

L’exposition au Capitole permet, par des copies, de contempler de près ces fresques que l’on ne peut pas approcher de si près en raison de la hauteur sous plafond, mais également en raison des chantiers de restauration en cours.

Une Madonna Farnese

L’exposition rassemble une trentaine d’œuvres de la Renaissance italienne, parmi lesquelles des portraits de la famille Borgia, réalisés par Pinturicchio. On y découvre également des portraits d’une des maîtresses du pape, Vanozza Cattanei (par Innocenzo Francucci da Imola) qui lui donna plusieurs enfants, entre autres Cesare (par Altobello Melone) ou Lucrèce (représentée en Catherine de Sienne dans les appartements pontificaux). Tous ces artistes, invités par le Pape, avaient pour mission de mettre en valeur le clan Borgia, allant jusqu’à donner leur apparence à des figures saintes.

Pour la première fois, les Musées du Capitole exposent une copie de la Madonna de Pinturicchio qui, selon l’historien d’art Giorgio Vasari, dissimule un portrait de Giulia Farnese. « Giulia la bella », comme la surnommaient ses contemporains, était la maîtresse officielle d’Alexandre VI, mais aussi la sœur du futur Paul III.

L’œuvre représente une Vierge à l’enfant bénissant avec, à ses pieds, Alexandre VI aisément reconnaissable. La forte ressemblance entre la Madonna et Giulia Farnese fit scandale. La fresque fut alors recouverte puis arrachée du mur avant d’être dispersée en plusieurs fragments. Cependant, cette image ne disparue pas puisqu’en 1612, le peintre Pietro Fachetti en fit une copie.

D’autres portraits plus ou moins attestés de Giulia Farnese sont accrochés autour de la copie de cette Madonna, permettant au visiteur de se faire sa propre opinion. Autant de merveilles qui peuvent être admirées jusqu’au 10 septembre.


Pinturicchio pittore dei Borgia. Il mistero svelato di Giulia Farnese

Musée du Capitole

Du 19 mai au 10 septembre 2017

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]