Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 25 octobre |
Aleteia logo
home iconTribunes
line break icon

L’Union Européenne ferait bien de s’inspirer de la réforme du collège des cardinaux

NATO LEADERS

Ercin Top / Anadolu Agency

Bruxelles, Belgique, le 25 mai 2017. Le président Emmanuel Macron en pleine conversation avec le Premier ministre du Luxembourg Xavier Bettel (g.), la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre belge Charles Michel (dr.) et d'autres officiels, au cours de la "photo de famille" des chefs des États membres de l'OTAN.

Jean Duchesne - Publié le 05/06/17

Comme chacun sait, les six pays fondateurs de ce qui est devenu l’Union Européenne sont, par ordre alphabétique, l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Ce qui est aussi remarquable que peu remarqué est qu’actuellement, les chefs d’État ou de gouvernement de cinq de ces six pays n’ont pas d’enfant.

La seule exception est le premier ministre belge, Charles Michel. Il est à peine plus vieux qu’Emmanuel Macron (d’exactement deux ans : les deux hommes sont nés un 21 décembre) et il est lui aussi arrivé au pouvoir à 39 ans. Il a eu un fils puis une fille avec sa compagne.

La chancelière allemande (Angela Merkel), le président français et le premier ministre italien (Paolo Gentiloni) sont mariés, mais n’ont pas de descendants. Leur âge (ou celui de leur conjoint) ne laisse pas supposer qu’ils en auront. Le premier ministre néerlandais (Mark Rutte) est apparemment un célibataire endurci. Son collègue luxembourgeois (Xavier Bettel) est marié avec un jeune homme et l’on n’a pas entendu dire qu’ils avaient l’intention d’adopter.

Pour faire bonne mesure, l’appartenance formelle à l’Union ne fait pas de différence : la Britannique Theresa May, chargée de mettre en œuvre le Brexit, est elle aussi sans enfant – de même que la nationaliste écossaise et pro-européenne Nicola Sturgeon, à laquelle le même Brexit offre un prétexte pour réclamer à nouveau l’indépendance. Le temps est donc loin où celui ou celle qui était à la tête d’une nation avait absolument besoin d’un héritier. Cela ne pose pas de problème en régime démocratique où c’est le vote et non la filiation qui désigne un successeur, et non pas à vie, mais pour un mandat limité dans le temps. De nos jours,  les leaders sans progéniture sont même un avantage : ils sont à l’abri de toute tentation de népotisme en favorisant leurs rejetons en les embauchant à leur service.

Marginalisation de l’Europe

Cependant, si en 2017 la plupart des dirigeants des  pays qui ont fondé l’Europe n’ont pas de postérité personnelle, n’y a-t-il là qu’une coïncidence qui ne mérite pas qu’on s’y attarde ? Ou bien y a-t-il là quelque chose de significatif ? C’est ce qu’a récemment suggéré un de mes amis américains, George Weigel, qui est aussi celui que saint Jean-Paul II avait choisi pour écrire sa biographie (Témoin de l’espérance, Jean-Claude Lattès, 1999 ; réédité en 2005). Il n’est pas surprenant, dit-il, que les dirigeants de pays où le taux de natalité s’effondre n’aient eux-mêmes pas d’enfants : ils sont des images, voire des caricatures cruellement révélatrices des sociétés qu’ils gouvernent et aussi, d’une certaine manière, incarnent. Comme on y fait tout pour rester fringant le plus longtemps possible, il y a moins besoin de jeunes. Il arrive même qu’on les considère comme des gêneurs. L’horizon est soi-même et son bien-être. Il n’y a pratiquement pas d’au-delà et l’avenir n’a pas le visage de nouvelles générations, mais se réduit à ce que peut prévoir et gérer la technocratie.

Avec cette culture que la sécularisation referme sur elle-même et où la démocratie laisse le pouvoir aux bénéficiaires du « système » parce qu’ils ont le monopole de la communication, l’Europe (au sens large des géographes) où se trouvait un cinquième des humains en 1960 n’en a plus aujourd’hui qu’un dixième. L’Afrique et l’Asie ont respectivement augmenté de 6% et 4%, pour constituer respectivement 16% et 60% des quelque 7,5 milliards d’êtres humains dans le monde (contre 3,5 milliards en 1960). Les Amériques (13,5%) et l’Océanie (0,5%) restent proportionnellement stables. George Weigel n’a donc pas tort : l’Europe devrait s’inquiéter de l’effondrement de son taux de natalité, qui n’est certainement pas moins important que la protection des minorités sexuelles.

Mondialisation de l’Église

À quoi l’on peut ajouter une autre observation : c’est un tournant de l’histoire que l’Église est en train de ne pas rater, au moins au niveau du collège des cardinaux, symboliquement comparable à celui des membres du G 7 ou du G 20. Le pape François ne veille pas seulement, comme ses prédécesseurs, à une mondialisation à travers une « décurisation » (moins de bureaucrates romains) et une « désitalianisation ». Car on note aussi une nette « déseuropéanisation ».  Les électeurs originaires du « vieux monde » étaient encore majoritaires au conclave qui a choisi l’archevêque de Buenos Aires pour succéder à Benoît XVI. Ils ne le sont plus. Les hispanophones d’Amérique latine, mais aussi les Africains et les Asiatiques sont de plus en plus nombreux.

On ne peut cependant pas dire que les statistiques, la démographie ou la « surface » socio-culturelle dicteraient les choix. Dans les nominations du pape François, il y a des hommes qui n’en ont charge que de toutes petites Églises, pauvres, minoritaires, parfois persécutées… L’enseignement est assez clair : de même que l’avenir des nations dépend de leurs enfants et non uniquement de leur richesse ou de l’habileté de leurs politiques et de leurs technocrates, de même la vitalité de la foi chrétienne ne repose pas uniquement sur des communautés florissantes. Car c’est là où les serviteurs ne sont pas mieux traités que leur Seigneur, lui-même rejeté en son temps, que l’esprit d’enfance est le plus pur et donc le plus fécond.

L’ultime leçon est peut-être que ce ne sont pas les chiffres qui comptent le plus, mais la façon dont est vécue l’épreuve qu’implique de se mettre à la suite du Christ. Cela ne vaut pas moins pour les catholiques qui affrontent l’indifférence des nantis oublieux de ce qu’ils doivent à leur Tradition que pour ceux qui sont en butte à l’hostilité. Dans l’un et l’autre cas, la réponse est à la fois dans l’amour du prochain même s’il est l’ennemi et dans cette autre forme non moins décisive de l’amour qu’est la transmission de la vie.

Tags:
PolitiqueUnion européenne
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
3
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
4
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
5
La rédaction d'Aleteia
[VIDEO] Un jeune enfant handicapé monte au côté du Pape au début ...
6
Portrait of Isabelle Guizard
Marzena Devoud
Isabelle a mis des couleurs sur le deuil de son bébé
7
BENEDYKT XVI O KAPŁAŃSTWIE
Camille Dalmas
L’émouvante lettre envoyée par Benoît XVI pour le décès de son me...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement