Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 22 octobre |
Sainte Céline
Aleteia logo
home iconSpiritualité
line break icon

L’humiliation, le Moyen Âge et nous

©Luisa Ricciarini/Leemage

"La Maesta" La passion : Jesus bafoue (Jesus scorned) Recto du retable - Peinture de Duccio di Buoninsegna (1255-1319), 1308-1311 Dim 50x55 cm Tempera sur bois a fond d'or Museo dell'Opera del Duomo, Siena (Musee de l'oeuvre de la Cathedrale de Sienne) ©Luisa Ricciarini/Leemage

Bernard Plessy - Publié le 05/06/17

L’humiliation ? Nous connaissons hélas. L’un des pires maux qui soit : l’infliger, la subir, en être témoin, c’est dans tous les cas, singulier ou collectif, détruire la vie d’un être en lui arrachant sa part d’humanité, sa dignité. C’est une forme de mal absolu. Nous le redoutons. Mais que vient faire le Moyen Âge entre ce mal et nous ?

Le Moyen Âge est un moment de notre histoire où ce mal est ressenti jusqu’à l’obsession. Ah oui, dira-t-on, parce que c’est le pire ennemi de l’idéal chevaleresque. C’est vrai, mais trop court. Car cette société qui exalte l’honneur est aussi chrétienne, et personne n’ignore que l’humiliation de Jésus sur la croix, devant sa mère, a été le prix de notre salut. (Le vieux cantique le disait bien, à sa manière : «  De la crèche au crucifiement / Pour un Dieu quel abaissement ! ») Or qu’est-ce que la vie chrétienne sinon l’imitation de Jésus-Christ ? Et donc, le cas échéant, d’accepter l’humiliation pour la convertir en humilité – comme saint François d’Assise qui trouve là la joie parfaite.

Voilà le dilemme aigu que Michel Zink expose lumineusement en son prologue – non comme une « problématique », mais comme un thème de méditation obsédante (je reprends ce mot), personnelle, voire très personnelle, qu’il nourrit de sa connaissance de la littérature du Moyen Âge, en posant un principe qui fonde son travail : « La représentation littéraire de l’humiliation est plus saisissante, mais aussi plus éclairante que toute analyse abstraite. » Il va même plus loin : «  Récit et représentation de l’humiliation sont pires que sa réalité. » Il tient là le fil conducteur qui relie les cas les plus typiques d’humiliation, éclatante ou sournoise.

La ronde des fous

« Ce livre a sa source dans un cours donné au Collège de France de 2010 à 2012. » Parcours savant, donc, et même d’abyssale érudition, mais mise à la portée de l’auditoire, et plus encore du lecteur, qui avance à son rythme, avec l’aide des notes, et peut même s’attarder dans les nombreuses citations au va-et-vient entre la langue d’époque et sa traduction. Un luxe.

L’inventaire des richesses est impossible ici. Désignons seulement les figures d’humiliés qui se succèdent : celles des fous, fou d’amour, fou de Dieu, folie simulée, folie trop réelle, accablante de douleur ; celles du pauvre, du paysan, du malade, du vieillard, des mauvais garçons déchus, Rutebeuf, Eustache Deschamps, Villon ; à l’opposé, mais humiliation toujours, celle du chevalier, Roland à Roncevaux ou Lancelot sur sa charrette d’infamie, figures connues mais, on le voit sous ce nouvel éclairage, mal connues.

S’il faut en retenir une ici, ce serait pour moi celle de Jean Bodel, poète d’Arras (vers 1165 – 1210) qui, découvrant qu’il est atteint de la lèpre, prend congé de la société (Congés, titre de son œuvre). Michel Zink nous l’avait fait connaître dans Bienvenue au Moyen Âge (ch. 30 et 31). Mais c’est dans ce livre que le cas du poète lépreux prend tout son éclat, si l’on ose dire. Il a perdu figure humaine, mais il se bat pour aborder lucidement le moment suprême où pour lui « le jour se lève et pourtant la nuit tombe. » De l’humiliation à l’humilité, c’est voie de sainteté.

Double bienfait, littéraire et spirituel, que toutes ces pages dont chacune nous transporte en cette haute époque, si lointaine, si proche, nous ramène à nous-mêmes et nous donne à penser. C’est bien le Moyen Âge et nous.

Albin Michel, mars 2017
Michel Zink, L’humiliation, le Moyen Âge et nous

Michel Zink, L’humiliation, le Moyen Âge et nous, 270 p., 20 € (Albin Michel, mars 2017)

Tags:
moyen age
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
4
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
5
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
6
Père Jacques de Longeaux
La réponse de Jésus à la tentation du pouvoir
7
WEB2-MAGDELEINE-HUTIN-ciric_201343.jpg
Raphaëlle Coquebert
Magdeleine Hutin, la digne héritière de Charles de Foucauld
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement