Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pèlerinage de Chartres : Notre-Dame de Chrétienté attend 10.000 marcheurs

PÈLERINAGE DE CHARTRES
P.RAZZO/CIRIC
Partager

Comme chaque année, lors du week-end de la Pentecôte, une foule de pèlerins quittera Notre-Dame de Paris pour rallier Chartres, après trois jours de marche, de chants et de prières.

Une simple phrase peut lancer sur les routes des milliers de personnes. Ce fut le cas en 1980, lorsque saint Jean Paul II lança ce vibrant appel aux fidèles français, qui était autant un reproche qu’un encouragement : « France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? ». Cet appel marqua fortement ceux qui, deux années plus tard, seront les fondateurs du pèlerinage de Chartres.

En 1982, un premier groupe — modeste — s’inspire de l’exemple des pèlerins polonais de Czestochowa pour « rouvrir » la route de Chartres parcourue depuis longtemps par de prestigieux aînés : depuis les foules médiévales jusqu’au poète Charles Péguy. Pour cette 35e édition, 10 000 pèlerins iront remettre aux pieds de la Vierge le poids de leur soucis et les intentions confiées par leur entourage mais aussi remercier cette mère du Ciel pour les grâces reçues durant l’année écoulée, les vœux exaucés et la paix retrouvée.

« D’ici vers vous, ô reine, il n’est plus que la route »

Vocations sacerdotales, religieuses, mariages, engagements au service des autres, nombreuses sont les décisions fortes qui ont pu être prises et tenues fidèlement grâce au pèlerinage. Il faut lire, ou relire, la « Présentation de la Beauce à Notre-Dame de Chartres », maître poème de Péguy : on y trouve quelques solides pistes pour comprendre ce qui d’une simple marche peut faire jaillir tant de grâces.

« Vous nous voyez marcher sur cette route droite,
Tout poudreux, tout crottés, la pluie entre les dents.
Sur ce large éventail ouvert à tous les vents,
La route nationale est notre porte étroite.
Nous allons devant nous, les mains le long des poches,
Sans aucun appareil, sans fatras, sans discours,
D’un pas toujours égal, sans hâte ni recours,
Des champs les plus présents vers les champs les plus proches. »

Enfants, adolescents, jeunes mariés ou vieillards marqués par les années, la colonne des pèlerins, divisée en 200 chapitres, reflète tous les âges de la vie. La moyenne d’âge est cependant éloquente : 21 ans. Une Église jeune, fière de sa foi, et qui vient puiser dans ces trois jours de ressourcement loin de l’agitation de l’époque, l’énergie spirituelle pour que « le sel ne s’affadisse pas ». Si le pèlerinage est marqué par l’attachement à la liturgie traditionnelle — et aux communautés qui y sont attachées  — il attire prêtres et fidèles bien au-delà.

Franchir le pas  ?

Bien entendu, cent kilomètres à pied entrecoupés de deux nuits sous la tente, cela peut en faire frémir plus d’un… Mais une équipe de 800 bénévoles est déployée tout au long du parcours pour que de la marche aux repas, du couchage aux soins d’urgence, tout se passe pour le mieux. Afin de s’adapter aux capacités physiques de chaque marcheur, de nombreuses voitures et cars relais permettent aux plus éprouvés de rejoindre les étapes. Des chapitres s’adaptent aux spécificités de chacun : outre les chapitres enfants et les chapitres scouts, les chapitres familles permettent ainsi aux parents de marcher avec leurs enfants sur un itinéraire adapté et le chapitre saint Gilles permet aux personnes touchées par le handicap mental de vivre le pèlerinage de façon aménagée.

Cette année encore, les pèlerins étrangers se sont fortement mobilisés : chrétiens d’Orient mais aussi pèlerins américains, australiens, canadiens, écossais, russes ou encore suédois. Pour ceux qui se trouvent dans l’impossibilité de participer au pèlerinage, le chapitre des Anges gardiens leur permet de s’associer par la prière et les méditations proposées aux autres pèlerins. Une belle marque de confiance en la communion des saints. Dans quelques jours, tous se mettront en route, et iront « s’adresser hardiment à Celle qui est infiniment belle parce qu’aussi Elle est infiniment bonne ».

Informations pratiques et inscriptions ici.  

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]