Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pendant combien de temps Jésus est-il présent en nous après la communion ?

eucharist
© Wideonet | Shutterstock
Hostie.
Partager

Se poser cette question très concrète, c'est aussi prendre conscience du don inouï que constitue la présence réelle.

Le grand trésor de l’Église catholique, c’est l’Eucharistie, Jésus lui-même, présent sous la forme du pain et du vin. Nous croyons, comme l’affirme le catéchisme de l’Église catholique, que dans le très saint sacrement de l’Eucharistie sont « contenus vraiment, réellement et substantiellement le corps et le sang conjointement avec l’âme et la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ, et, par conséquent, le Christ tout entier ». (CEC 1374)

De plus, cette présence réelle du Christ dans l’Eucharistie ne disparaît pas immédiatement après la Communion. Ainsi, le catéchisme explique que « la présence eucharistique du Christ commence au moment de la consécration et dure aussi longtemps que les espèces eucharistiques subsistent ». (CEC 1377)

Que cela signifie-t-il quand nous mettons l’hostie dans notre bouche ? Pendant combien de temps Jésus est-il réellement présent dans notre corps ?

La petite histoire de saint Philippe Néri

Une célèbre histoire, tirée de la vie de saint Philippe Néri, nous aide à répondre à cette question. Un jour alors que saint Philippe Néri célébrait la messe, un homme reçut la sainte Communion et quitta l’église. L’homme avait manifestement peu de considération pour la présence réelle qui l’habitait à ce moment-là. Saint Philippe Néri décida de profiter de cette occasion pour délivrer un enseignement. Il envoya deux servants d’autel à la poursuite de l’homme, munis de leurs cierges allumés. Après quelques minutes de marche dans les rues de Rome, l’homme se retourna et vit que les servants d’autel le suivaient. Décontenancé, il retourna à l’église et demanda à Philippe Néri ce que cela signifiait. Celui-ci lui répondit : « Nous nous devons d’honorer et de respecter le Seigneur, que vous emportez avec vous. Comme vous aviez négligé de L’adorer, j’ai envoyé deux acolytes le faire à votre place. » L’homme fut très surpris par cette réponse et résolut, dès lors, de mieux tenir compte de la présence réelle du Christ.

15 minutes ?

On considère généralement que l’Eucharistie sous la forme du pain demeure dans le corps pendant une quinzaine de minutes après absorption. Ceci repose sur des données biologiques et va dans le sens de ce que dit le catéchisme sur la présence réelle qui « dure aussi longtemps que les espèces eucharistiques subsistent ».

C’est pourquoi de nombreux saints ont suggéré de rendre grâce à Dieu dans la prière durant un quart d’heure après la communion. Cela permet à l’âme de se mettre en présence du Seigneur et de vivre un véritable « cœur à cœur  » avec Jésus.

Dans notre monde effréné, il est souvent difficile de ne pas partir tout de suite après la fin de la messe ou même après la communion. Mais nous pouvons au moins offrir une courte prière de remerciement au Seigneur ! L’important est que nous nous rappelions que la présence de Jésus dans l’Eucharistie nous habite pendant plusieurs minutes et nous offre un moment de communion avec le Seigneur pendant lequel nous pouvons ressentir son amour à l’intérieur de nous.

Et si un jour vous oubliez cela, ne soyez pas surpris si votre curé vous fait raccompagner à votre voiture par des servants d’autel, en cas de départ précoce de la messe !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]