Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 30 octobre |
Bienheureuse Bienvenue Bojani
home iconArt & Voyages
line break icon

Ne vous résignez jamais !

ENFANTS DU MÉKONG

© Matthieu Delaunay

Antoine Besson - Publié le 28/05/17

L'histoire de John Felmore, Philippin de 17 ans avec un grave problème au dos, porte en elle un message d'espérance pour tous.

Il est des hommes sur Terre qui souffrent plus que d’autres. Qui ont un fardeau plus lourd à porter. Souvent les pauvres sont de ceux là. John Felmore, que j’ai rencontré aux Philippines il y a quelques mois, est de ceux-là. Son dos porte les stigmates du fardeau qui est le sien : une énorme bosse s’est logée entre ses omoplates et déforme sa silhouette, le privant de l’usage de ses jambes, de tant de jeux et d’insouciance.

John a 17 ans. Il est en grade 7 (en 5e) et souhaiterait faire des affaires, devenir businessman. S’il échoue, il sera procureur. Si la maladie tord son corps, elle n’a aucune prise sur son courage et sa volonté. Quand les muscles et les os ont cédé, il reste le rêve.

C’est à 4 ans que John tombe pour la première fois. Une chute assez classique pour un gamin qui passe sa journée à vélo. Sa mère n’est pas au courant qu’il s’est fait très mal et ce n’est que quelques jours plus tard qu’elle l’emmène à l’hôpital. Là, on l’ausculte, mais davantage pour un problème de poitrine qui lui donne des difficultés pour respirer que pour son dos. Un cas chasse l’autre. John se rétablit et rentre chez lui pour reprendre le cours d’une vie normale. Et puis en 2013, il roule au bas d’un escalier. Si la bosse qui lui prend aujourd’hui la moitié du dos existait depuis qu’il était petit, c’est cet ultime accident qui l’a cloué sur un fauteuil roulant.

Déjà pauvre, au ban de la société, John est comme mis à la porte de son propre corps, abîmé. Il n’a plus nulle part où aller.

Mais là ne se finit pas l’histoire. John est un filleul d’Enfants du Mékong. L’un de ces pauvres enfants que nous refusons d’abandonner sur le bord de la route. Mercredi, John a été opéré. Une opération lors de laquelle il risque sa vie. En entrant au bloc, John pleurait. Des larmes de joie ont chassé les larmes de souffrance et de tristesse et ont lavé le visage du  jeune homme rayonnant entouré de toute sa famille y compris sa sœur ainée qu’il n’avait pas vu depuis douze ans.

Aujourd’hui nous attendons de ses nouvelles. Nous partageons l’espoir, les craintes et les joies de ses proches. Mais déjà c’est une victoire ! La victoire de John, c’est le triomphe de la vie, de la joie et du rêve. C’est un message d’espérance qui nous dit : ne vous résignez jamais ! Merci. C’est grâce à vos dons pour la caisse santé d’Enfants du Mékong, que de telles histoires sont possibles.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
asieenfants du mekong
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement