Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Cannes : le « ministre de la communication » du Vatican rencontre un grand cinéaste

Wenders, Vigano
AFP
Partager

Mgr Dario Viganò et Wim Wenders conjugueront cinéma et spiritualité à l’occasion du festival sacré de la beauté qui se déroule en marge du grand rendez-vous du septième art. En attendant la réalisation d’un film en commun.

Ce jeudi 25 mai, jour de l’Ascension, le cinéaste allemand Wim Wenders et le préfet de la communication au Vatican Mgr Viganò se rencontreront autour du thème « Spiritualité et Cinéma ». Le « Festival sacré de la beauté », surnommé le « Off de l’âme » au Festival de Cannes, est à l’initiative de cette rencontre inédite. À 10 heures, une messe est prévue en l’église Notre-Dame de Bon Voyage, présidée par Mgr Turini. Suivront les tables rondes, à partir de 11h30 au Palais des Festivals, pour discuter de la place des religions dans le cinéma. Et pour les anglophones, le débat se poursuivra à 15 heures au Pavillon américain pour approfondir le sujet : « Cinema and Beauty » (« Beauté et cinéma »).

Wim Wenders est connu pour sa foi et son engagement artistique qui laisse la place à une approche spirituelle de la vie. Parmi ses films les plus célèbres figure Les Ailes du désir, où deux anges observent la vie des hommes. Sans pouvoir entrer directement en contact avec eux, invisibles et immortels, ils parcourent Berlin. Le cinéaste reçoit le prix Robert Bresson pour son œuvre à la Mostra de Venise de 2002.

Rendant hommage au cinéaste français qui a donné son nom au prix, connu pour la sobriété de ses films, il déclare : « Je crois que la pauvreté est l’un des moyens pour vivre le christianisme ». Wim Wenders demeure attentif en permanence à l’actualité de l’Église. C’est ainsi que l’an dernier, il qualifie l’encyclique Laudato Si’ du pape François comme « l’un des documents les plus importants de ce XXIe siècle encore jeune ». Interviewé par le Servizio informazione religiosa (SIR), Wim Wenders a même exprimé directement le lien qu’il établissait entre sa foi et son travail :

« Évidemment, la relation au travail, au monde, et en particulier, aux “autres” est différente quand tu crois être regardé par un Dieu qui t’aime;  quand ce Dieu se manifeste lui-même dans chaque visage humain, dans chaque regard que tu croises. »

Mgr Viganò dispose également d’une expérience singulière dans le cinéma. Ordonné prêtre par le cardinal Martini pour exercer à Milan, celui-ci lui avait demandé d’explorer les liens entre le sacré et le septième art. Il se lance alors dans un doctorat dont le sujet s’intitule : « Une salle par clocher : Église et cinéma dans le diocèse ambroisien ». Depuis, il a œuvré pour la qualité de diffusion des films en paroisse, lors de sa présidence de la Commission nationale d’évaluation des films de la Conférence épiscopale italienne.

Mgr Viganò, au cours du même entretien accordé par Wim Wenders au SIR, livre sa vision du cinéma, qui, selon lui, est essentiellement proche du regard divin :

« Les anges, ceux de Wenders, nous rappellent qu’ils sont lumière et mouvement, tout comme l’est le cinéma lui-même, combinaison de fait de lumière et de mouvement. C’est probablement un don de la providence, dans l’histoire des découverte scientifiques, que le nom des inventeurs du cinéma soit justement “Lumière”. “Nomen omen”, le destin est inscrit dans les plis de son nom. »

Un projet de film avec le Pape

Rien d’étonnant si le cinéaste participe à cette journée avec l’ecclésiastique brésilien : ils se sont connus quand celui-ci avait pris la tête du Centre de télévision du Vatican en 2013, et avait demandé à bénéficier de ses conseils au réalisateur. Leur relation s’inscrit aussi dans la collaboration entre Wim Wenders et le Vatican pour pour réaliser un film à part entière et illustrer « l’approche du pape François sur le monde contemporain, à travers ses réponses à une série de questions posées par des hommes et des femmes de toutes origines », comme le rappelle Mgr Viganò. Ce projet inédit a été révélé ce samedi 20 mai à l’occasion du Festival de Cannes.

Le pape François – Un homme de confiance est en effet le titre de la coproduction pontificale avec le réalisateur allemand qui se fonde sur une suite d’entretiens menés avec le pape François, « sur les thèmes de l’écologie, l’immigration, la société de consommation ou la justice sociale », explique la société de distribution américaine Focus Features qui vient d’en acquérir les droits d’exploitation. Ce film n’est ni un documentaire ni un biopic, le Saint-Père s’en sert pour divulguer un message grâce à la médiation singulière du septième art.

« Le pape François est un modèle vivant d’un homme qui tient parole. Dans notre film, il parle directement au spectateur, de façon très franche et spontanée », déclare Wim Wenders dans un communiqué de presse. Toutefois, le long-métrage utilise également des images des déplacements pontificaux tirés des archives vaticanes. « Grâce à la complète coopération du Vatican, nous avons eu le privilège d’avoir de longs entretiens avec le pape François », ajoute le réalisateur du film, qui s’est pourtant détourné du catholicisme pour embrasser le protestantisme.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]