Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Exposition Jardins : une quête spirituelle au cœur de la Création

© 2017. Photo Scala, Florence - courtesy of the Ministero Beni e Att. Culturali
Peinture de jardin
Pompéi, maison du Bracelet d’Or
30-35 après J.-C.
fresque ; 200 x 275 cm
Pompéi, Ministero dei beni e delle attività culturale e del turismo Soprintendenza Speciale
Partager

Depuis le début du printemps et jusqu’au 24 juillet, le Grand Palais offre aux Parisiens la meilleure pause qui soit. « Jardins » met à l’honneur une belle galerie d’artistes qui ont célébré cet endroit de verdure et de repos.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Au-delà du plaisir de s’enivrer de paysages, au-delà des découvertes botaniques qu’on peut y faire, l’exposition offre une magnifique réflexion sur le jardin comme quête spirituelle pour celui qui le compose comme pour celui qui vient s’y ressourcer.

Éloge du jardinier

Bien souvent, le jardin évoque l’oisiveté, la sieste dans un hamac et les rêveries d’un promeneur solitaire. Pourtant, on oublie trop facilement que le jardin est l’œuvre d’un Créateur. Et l’on oublie encore plus facilement son humble serviteur. Ici, les artistes rendent un bel hommage à ce génial ouvrier : le jardinier.

Une tripotée d’arrosoirs et d’instruments pour cultiver la terre s’étalent devant nos yeux. Et là, dans la lumière trône le magnifique portrait d’Emile Claus, le vieux jardinier. Peint sur le vif, en train de travailler, un pot à la main, le vieil homme a le visage sévère et buriné, il a vécu toutes les météos, tous les climats, la terre lui en a fait voir de toutes les couleurs. Il a le regard perçant de l’homme qui connaît à force d’avoir éprouvé.

On sent que le peintre a perçu derrière son jardinier une grande sagesse. Et nous visiteurs, nous comprenons peut-être que les plus grands artistes sont ceux qui n’ont pas conscience de l’être, ceux qui acceptent d’être des serviteurs. Ainsi semblent les jardiniers. Comme le dit Gilles Clément : « Pour faire un jardin il fait un morceau de terre, et l’éternité ». Le jardinier est ce « faiseur » qui s’est totalement plié à cet adage. Celui qui jardine travaille la terre et laisse l’éternité féconder son travail. Avec humilité il cesse de penser par lui-même. C’est une science de l’incertitude, à laquelle il doit se soumettre car la nature ne lui obéit pas.

Parisiens, faites une pause

L’exposition nous donne à contempler. Quel bonheur pour qui passe sa vie dans les couloirs du métro ! De Fragonard à Matisse, les peintres se sont succédés pour donner à voir de larges espaces ou des détails de la création à côté desquels nous pouvons parfois passer sans ciller. Pourtant, lorsqu’un peintre contemple une iris séchée, celle-ci semble une danseuse vêtue de drapés qui volent. On s’enivre de verdure avec Klimt, Caillebotte nous offre des marguerites et Monet des nymphéas. Au fil des tableaux, on réalise à quel point voir les œuvres de la nature à travers les yeux de ceux qui les ont laissés imprégner leur âme à force de les regarder, nous apaise et nous vivifie. On ressort avec l’envie de prendre du temps, de se laisser envahir de lumière et d’odeurs.

Le jardin de l’âme

La littérature occupe aussi une petite place dans les couloirs du Grand Palais. Si nous ne sommes pas tous adeptes des textes écrits sur les murs des expositions, — d’aucuns les trouvent un peu longs — on tombe pourtant sur de forts belles maximes comme celle de Cicéron : « Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout pour être heureux. » On comprend que le jardin n’est pas seulement un lieu d’oisiveté où il fait bon paresser, il permet aussi à l’homme de s’abstraire. En contemplant les lois de la vie, on est amené à contempler le sens de sa vie propre. Et au contact des œuvres de ces génies du regard, le visiteur est appelé à entrer en contact avec son âme à lui, avec son monde intérieur, au cas où il avait oublié, entre le bureau et le supermarché, qu’il en avait un…

Retrouvez toutes les informations sur l’exposition en cliquant ici.

Découvrez notre diaporama en cliquant sur la 1ère image :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.