Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Deux poèmes consacrés à la Sainte Vierge récompensés

PEINTURE DE LA VIERGE À L'ENFANT
© Wikimedia
Vierge à l'Enfant, par Quentin Metsys, vers 1509, Musée des Beaux-arts de Lyon.
Partager

Chaque année le concours national de poésie de l’Académie couronne au mois de mai au moins une œuvre adressée à la Sainte Vierge. Cette année, elles sont deux !

L’usage veut, depuis la fondation de cette institution légendaire au XIVe siècle, que les mainteneurs (les membres de l’Académie) attribuent un lys d’argent pour récompenser chaque année un poème à la sainte Vierge. Mais cette année fait figure d’exception, puisque le jury, présidé par le général Salvan, n’a pas trouvé de poème suffisamment digne de cette récompense. Cependant, deux poèmes mariaux recueillent néanmoins les accessits. En voici la reproduction en attendant que refleurisse l’antique lys d’argent lors de la prochaine édition.

Sonnet ayant mérité l’attribution d’une médaille d’argent à Mme Flabat Piot

Ave Maria

Mère, sois indulgente… Il me manquait le temps
D’aller m’agenouiller, humblement, à l’église
Ou de me joindre au chœur, qui chante et vocalise
Pour louer Ton prénom, dessous les arcs-boutants.

Quand je m’adresse à Toi, mes mots sont hésitants,
Ignorants des motets que l’ombre sacralise…
Mais sous Ton doux regard, l’esprit se tranquillise
Car il sait Ton amour pour les cœurs repentants !

Je reconnais, Marie, avoir bien des faiblesses
Et ma pauvre âme craint que nombre de diablesses
La poussent, sans Ton aide, à vivre en paria !

Je mets dont à Tes pieds mes gestes d’ouvrière :
Qu’ils soient, chaque seconde, un « Ave Maria »,
Élevant vers Ton ciel, mon ardente prière…

Sonnet ayant mérité l’attribution d’un primevère d’argent à Mme Angélique Lachaume

Au nom de son Fils

Sa main s’était levée dans la grâce d’une aile
Et dans le bruissement d’un manteau de lin blanc,
Qui se laissait aller, petit page indolent
Sur la peau de coton aux douceurs de flanelle.

Son front fut le premier marqué par la dentelle
Du serment, en trois temps, que l’on fait le pas lent,
Pour mieux creuser encor le sillon plus violent
Que les mots «… Et du Fils » gonflaient d’eau et de sel.

Elle prenait enfin sur ses épaules brunes
Le dernier sacrifice et la dernière lune
De l’enfant qu’elle aima pour l’avoir tant porté.

Il avait à son tour voulu prendre en son sein
Le monde, un autre enfant par le sang racheté ;
Chaque signe de croix rappelait le larcin.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]