Aleteia

Vol de la couronne de la Vierge : le diocèse de Lyon atterré

© Musée d’art religieux de Fourvière
La couronne de la Vierge au musée d'art religieux de Fourvière
Partager
Commenter

Aucune piste sérieuse concernant le vol de la couronne de la Vierge, perpétré ce week-end, n’a été rendue publique. Du côté du diocèse et des fidèles, c’est la consternation.

Dans la nuit de vendredi à samedi, la couronne de la Vierge a été dérobée dans le musée d’art religieux de Fourvière. Le forfait a été perpétré entre trois et quatre heures du matin. Manifestement par des malfrats très expérimentés, capables de neutraliser les systèmes de sécurité perfectionnés qui protègent théoriquement ce musée d’art religieux. La police judiciaire (PJ) et l’office central de lutte contre le trafic des biens culturels ont été chargés de l’enquête.

Cette œuvre unique fut réalisée en 1899, à la demande des familles lyonnaises, pour remercier Marie d’avoir épargné la ville de l’invasion prussienne et pour les soldats revenus vivant de la guerre en 1870. Cette pièce d’une valeur estimée à plus d’un million d’euros possède 1 791 pierres précieuses apportées par les familles. La crainte principale est de voir la couronne fondue par les malfaiteurs afin d’en isoler chacune des pierres.

Sur Twitter, le cardinal Philippe Barbarin a rapidement fait part de son indignation. Cette couronne est surtout le signe de l’attachement des Lyonnais à Fourvière et à la Vierge Marie, explique le cardinal Barbarin : « La Vierge de Fourvière, à Lyon, tout le monde l’aime. Quand on l’agresse, les Lyonnais sont blessés ».

Outre la précieuse couronne, deux autres objets de la collection du musée ont été dérobés : un anneau et le calice de l’abbé Poisson. « Les voleurs feraient mieux de rendre la couronne ! », s’indigne Mgr Barbarin dans les colonnes du Progrès

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]