Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment nous libérer de nos nœuds intérieurs ?

© Kieferpix/Shutterstock
Partager

Reconnaître ces nœuds et leurs causes, les nommer puis laisser Jésus les démêler.

Tout au long de notre vie, nous accumulons différentes expériences. Celles-ci laissent des traces positives ou négatives sur notre âme. Lorsqu’elles sont fortes et très négatives, elles en viennent à perturber notre vision de la réalité ainsi que nos choix futurs.

Sans nous en rendre compte, notre point de vue se trouve alors influencé. Cela peut également engendrer en nous un blocage ou une paralysie.  

Si nous avons été offensés et rejetés par quelqu’un, les traces de cette mauvaise relation seront susceptibles de se répercuter dans notre vie future sans que nous le réalisions. Cela se manifestera peut-être par une peur du rejet ou une insécurité dans certaines relations personnelles.

L’expérience d’un chef tyrannique ne laissant aucune initiative, imposant des tâches difficiles, obligeant à sortir tard le soir ou encore à travailler le week-end, installe progressivement des sentiments de rage, de colère et de tension. On se sent alors fatigué, stressé et empli de désillusion. Quel sens peut bien prendre la vie si elle n’est faite que de travail ?

Ces expériences négatives, si nous les ignorons, s’installent petit à petit en nous, nouant notre âme et commençant à nous paralyser.

Le péché est lui aussi néfaste pour notre âme. Lorsque je commets une faute grave à l’encontre de mes valeurs, je suis envahi par un sentiment de douleur et de rage : j’ai désobéi à Dieu. J’ai déçu celui qui m’aime d’un amour infini et qui m’a tout donné. Je me suis déçu car que n’ai pas su laisser s’exprimer la bonne partie de moi-même. J’ai été décevant et injuste pour autrui.

L’expérience du péché et le sentiment de faute provoquent également d’autres nœuds intérieurs qui fragilisent ma capacité à aimer et à me donner. C’est pourquoi la confession est si importante. Non seulement pour recevoir le pardon de Dieu et retrouver son soutien dans le sacrement, mais aussi pour vivre l’acte de confession. Il faut pour cela savoir reconnaître le péché et les expériences négatives, leurs donner un nom et s’en libérer.

Que faire avec ces nœuds intérieurs qui nous conditionnent et nous paralysent ?  

Comment nous en défaire pour aimer davantage et nous sentir plus heureux ?

Seuls, nous ne pouvons rien faire. Il est fondamental d’apprendre à les repérer, connaître leur origine, les nommer et laisser Jésus les démêler en nous.

Dans l’Évangile selon saint Jean, Jésus déclare que celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui. 

Par cette métaphore, Jésus nous explique qu’il est la lumière du monde qui vient éclairer toutes les situations, même les plus difficiles et les plus entremêlées. Cheminer de jour signifie l’accueillir lui et éviter les embûches. Cheminer de nuit revient à ignorer son aide, sa proximité et son amitié.

Il nous propose de le laisser œuvrer pour dénouer tous les tracas pesant sur notre âme. Il est la lumière du monde qui souhaite cheminer à nos côtés. Il nous offre son amitié afin de nous aider à vivre pleinement, libérés des nœuds et des tensions négatives qui nous accablent.

Peu lui importe la lourdeur de la tâche. Ce qu’il veut, c’est s’immiscer dans notre réalité toute entière, même celle qui ne nous plaît pas, que nous voulons cacher, qui nous pèse et qui nous fait mal.

Retrouver le chemin vers Dieu 

L’amitié que nous porte Jésus nous permet de nous défaire de nos blocages et de nos réticences. Elle nous fait sortir de nous-mêmes, nous décentre et nous bouscule. Elle nous libère des nœuds paralysants qui nous empêchent d’avancer librement dans la vie.

Jésus montre un chemin pour y arriver. Il offre son amitié et il est également capable de pleurer pour moi lorsque le poids de mon âme m’empêche d’avancer.

Cette amitié me permet de croire avec confiance que Jésus sera toujours là pour me secourir lorsque je serai replié sur moi-même, sans lumière. Il viendra à ma rencontre pour que je relève la tête et puisse poursuivre ma route.

Seuls la foi en Jésus et son amitié peuvent me libérer. Je place ma confiance en lui.  

Avec Jésus, je peux également compter sur l’aide Marie qui défait les nœuds par cette prière :

« Sainte Marie, mère de Dieu et ma mère, avec un cœur maternel vous défaite les nœuds qui entravent ma vie ; je vous demande de recevoir entre vos mains ce nœud que je vous présente ; je vous demande de me libérer des pièges et des chaînes dans lesquels me retient mon ennemi, Satan. Par votre grâce, par votre intercession, par votre exemple, délivrez-moi de tout mal, ô Marie, et défaite ce nœud qui m’empêche de m’unir à Dieu. Ainsi, libéré de toute confusion et erreur, je le louerai en toutes choses, je le garderai dans mon cœur et pourrai le servir, toujours, en la personne de mes frères. Amen. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]